Tél:+228 92 42 51 78
latest

18 mai 2020

Togo : L’ICAT et le PASA professionnalisent la transformation de fruits en jus embouteillés à Doufelgou


Spécialisée dans l’agro-industrie plus précisément dans la transformation des fruits en jus embouteillés, la Coopérative « TMOUCTA », basée dans la préfecture de Doufelgou, localité située à 441 km au nord de Lomé, a réussi grâce à l’appui de l’ICAT et du PASA, à améliorer qualitativement et quantitativement  sa production.
 
Grâce à l’appui du Projet d’Appui au Secteur Agricole (PASA) et de l’Institut Conseil et d’Appui technique (ICAT), la transformation de fruits en jus embouteillés reprend vie avec plus de bénéficie au niveau de la Coopérative « TMOUCTA ».
 

Un acronyme qui signifie, « travaillons ensemble pour le bien-être ».


En effet, spécialisée dans l’achat, la collecte et la transformation des fruits en jus embouteillés qui sont  vendus sur le marché local, la coopérative TMOUCTA, fait face depuis un certain temps, à des pertes énormes.


Des pertes dues au pourrissement des fruits non transformés dans les délais ceci, à cause de l’absence  d’outils moderne de transformation et   d’une réelle main d’œuvre.


Pour Maba Apolline, Président de la Coopérative TMOUCTA, au début de ses activités, avec les moyens limités, elle se débrouillait seule à transformer les fruits  en jus.


Mais avec l’appui du Ministère en Charge de l’Agriculture à travers l’ICAT et le PASA, non seulement le jus de la coopérative TMOUCTA connait une amélioration qualitative et quantitative, mais de nouvelles méthodes sont trouvées pour pallier la perte énorme de fruits qui subvenait.


« Aujourd’hui, à cause de la qualité de mes fruits, les populations optent davantage pour mes jus », a-t-elle indiqué.



Ce qui permet du coup, de faire plus de  bénéfice et d’accroître le niveau de productivité.


Le secteur de fruits au Togo


Selon les études menées en 2017, par l’Institut National de Statistique et des études économiques et Démographique (INSEED), le Togo réussi à produire annuellement environ 560.000 tonnes de fruits, sauf qu’au finish,  la quantité disponible serait d’environ 270.000 tonnes.


Une situation imputable aux pertes et dégâts enregistrés sur les champs. Une perte énorme que l’on estime entre 12 et 20%.


D’où l’engagement du gouvernement à trouver de nouvelles solutions en vue de capitaliser sur la production et d’éviter les différentes pertes qui pourront subvenir.


Caleb AKPONOU 
« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire