Tél:+228 92 42 51 78
latest

30 avr. 2020

Togo : Noël Koutera Bataka dévoile les atouts des agropoles pour le pays

Koutera Bataka
L’Agriculture  qui  contribution déjà à 40% du PIB (Produit Intérieur Brut), et emploi  60% de la population active, pourrait davantage contribuer au développement dans les années avenir avec l’instauration des agropoles.  Mieux, ce projet qui vise la valorisation de l’agro-industrie et des chaines de valeur devra permettre au Togo d’assurer l’autosuffisance alimentaire, accroitre les revenus des producteurs et mieux lutter contre la pauvreté. Dans un entretien avec 54etats.com, Koutera Bataka, revient sur l’importance de ce projet initié avec l’appui financier des partenaires au développement comme la BAD (Banque Africaine de Développement) et la BOAD (Banque Ouest Africaine de Développement).
 
« Les agropoles sont des ensembles d’entreprises circonscrites dans une aire géographique donnée, qui entretiennent des relations fonctionnelles dans leurs activités de production, de transformation, de services d’appui et de commercialisation d’un produit végétal, animal, halieutique ou forestier donné pour développer de la production à grande échelle, transformer et mettre sur le marché en utilisant le facteur compétitivité du port autonome de Lomé » a-t-il indiqué.

En somme, reconnait-il « la politique de mise en place des agropoles contribue dans un premier temps à la réduction de plus de 15% dans les cinq  prochaines années (de 68,7% à 53%), à la création d’emplois que les statisticiens évaluent à plus de 24.847 emplois dont près de 40% pour les femmes. D’autres part, elle contribue à la création de la richesse en milieu rural et à la réduction du déficit de la balance commerciale agricole ».
 
Innovation

Bataka a souligné que le gouvernement a choisi « d’innover avec la création d’agropoles sur 10 zones du territoire. Ces espaces verront naître des infrastructures logistiques qui faciliteront la mise en place de parcs agro-industriels (électrification, eaux, télécommunication) et pour cela, nous allons investir sur les infrastructures sur fond agro-public. Pour la première agropole de Kara, la BAD et la BOAD nous soutiennent » Rassure-t-il avant de préciser que « le gouvernement va amener les investisseurs et les opérateurs économiques à produire à grande échelle ».

Elom KPOGLI (stagiaire)
« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire