Tél:+228 92 42 51 78
latest

9 juin 2020

Togo : Le gouvernement s’engage à renforcer la contribution du secteur halieutique


Avec une contribution de 4% au PIB agricole et 1,3% au PIB national, le secteur halieutique qui emploie 22.000 personnes, n’assure que pour l’heure le besoin alimentaire de 150.000 personnes. D’où l’engagement du gouvernement à renforcer son accompagnement.
 
Le secteur halieutique avec une contribution de 4% au PIB agricole et 1,3% au PIB national, emploie 22.000 personnes dont 10.000 pécheurs et 12.000 femmes transformatrices de poissons.


Sauf que pour l’heure, ce secteur ne couvre que le besoins de 150.000 personnes, d’où l’engagement du gouvernement à renforcer son appui pour accroitre sa contribution au développement.


Dans cette logique et pour faciliter la reproduction des poissons, le ministère en charge du secteur avec l’appui de ses partenaires, vont renforcer la surveillance et mettre à la disposition des acteurs, des filets conventionnels.


Mieux, des formations visant à amener les pêcheurs à abandonner les mauvaises pratiques et l’utilisation  des engins destructeurs, seront également engagées.


Une démarche payante, qui d’ailleurs va permettre à la production poissons Lac de quintupler en moins de sept (7) ans,  passant de 600 tonnes en 2012, à 3200 tonnes en 2019.


En ce qui concerne la transformation des produits halieutiques, le Ministère de l’agriculture va à travers le Projet d’Appui au Secteur Agricole (PASA), accompagner les femmes transformatrices dans l’implantation des fours améliorés.


Un tout autre engagement,  qui a pour objectif d’accroître leur capacité de transformation et de mieux protéger l’environnement par la réduction de la fumée. 


Autres initiative et pas des moindres, sera également la construction d’un nouveau port de pêche moderne.


Financé à hauteur de 14 milliards FCFA, dont 12 milliards par l’Agence japonaise de coopération et 2 milliards FCFA par l’État togolais, la nouvelle infrastructure vient prendre en compte tous les besoins de modernisation du secteur.


Des besoins qui vont de la capture, la conservation, la transformation tout en passant par la vente des produits halieutiques.


Elom KPOGLI
« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire