Tél:+228 92 42 51 78
latest

5 juin 2020

Togo : Les députés votent à l’unanimité le projet de loi sur le nucléaire

Yawa Djigbodi Tségan
En sixième séance plénière tenue le jeudi 04 mai 2020, les députés ont adopté à l’unanimité, le projet de loi sur l’utilisation sûre, sécurisée et pacifique du nucléaire. Avec l’adoption de ce projet de loi, le Togo vient donc de faire officiellement son entrée dans le cercle des pays non proliférant des ordres nucléaires.
 
Au-delà, le nouveau projet de loi adopté, permettra au pays de consolider et de diversifier les liens de coopération avec l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique (AIEA).

Pour Yawa Djigbodi Tségan, Présidente de l’Assemblée Nationale, le nouveau cadre offre au Togo des intérêts multiples et diversifiés entre autres, le développement durable, la nutrition, l’agriculture ou le traitement des maladies nécessitant l’usage des nucléaires.

Dans cette logique, « il est donc permis à ce stade, d’envisager à court ou à moyen terme, la création d’unité spécialisée et de doter le pays de toutes les technologies appropriées pour venir en aide à nos concitoyens qui seront dans le besoin », a-t-elle indiqué.

Abordant dans le même sens, Moustapha Mijiyawa, Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique, de noter que de nos jours, les applications des rayonnements ionisants procurent aux pays, d’importants avantages dans de nombreux domaines.

Il s’agit notamment, «de la santé, du dépistage et du traitement des  cancers, la sécurité des aliments, l’agriculture, l’élevage, l’accroissement de la productivité des terres, la multiplication des variétés de terres fertiles, l’amélioration de la croissance de reproduction et de la résistance aux maladies du bétail, les industries civiles et militaires et de la recherche scientifique qu’elle soit de la physique nucléaire ou de la chimie nucléaire », a-t-il mentionné.

Mais toutefois de rappeler, à côté des avantages multiformes, l’utilisation inappropriée de cette nouvelle technologie se basant sur le nucléaire, peut s’avérer dangereuse.

D’où la nécessité d’un cadre juridique structuré devant permettre de protéger la santé publique, la sureté et l’environnement.

Rappelons que c’est le 30 novembre 2012, que le Togo a adhéré à l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique (AIEA).

Mais déjà, l’agence accompagne le pays dans la réalisation de plusieurs projets dans le domaine agricole, de l’élevage et de l’énergie.


Caleb AKPONOU
« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire