Tél:+228 92 42 51 78
latest

9 juil. 2020

Covid-19/INSEED: Seulement 44% de ménages ont constitué de stocks de nourriture

Kouassi Koame
Avec l’objectif d’évaluer les répercussions de la Covid-19 sur les ménages togolais, l’Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques et Démographiques (INSEED) avec l’appui de la Banque Mondiale, a initié du 26 mai au 09 juin 2020, une enquête dénommée : « Enquête de Suivi Téléphonique à Haute Fréquence des Ménages ». Les résultats de cette étude réalisée sur un échantillon de 2189 personnes, ont été présentés le jeudi 09 juillet 2020 par Kouassi Koame, Directeur Général de l’institut.

Une enquête téléphonique

En effet l’enquête réalisée sur la base  d’un entretien téléphonique avec les ménages disposant d’un numéro de téléphone, vise principalement en cette période de Covid-19, à évaluer les répercussions potentielles de la pandémie sur les populations.

Ainsi les résultats des études présentés par Kouassi Koame, Directeur Général de l’Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques et Démographiques (INSEED), révèlent que 90% des personnes interrogées sont bien informées et appliquent les mesures barrières telles qu’instituées par le gouvernement.

Mieux, 82% des personnes enquêtées révèlent être informées via les radios comme canal de sensibilisation. La télévision et autres supports médias viennent donc après.

Au niveau des répercussions sur les prix des denrées alimentaires, ils sont que 44% à prendre des dispositions pour constituer des stocks de nourriture plus que d’habitude.

En ce qui concerne la disponibilité des services sanitaires et financiers, 88% des personnes enquêtées estiment avoir accès au service de santé malgré la pandémie, et 98% aux services financiers.

Au niveau scolaire, il a été enregistré des nouveautés avec l’arrivée de la pandémie. Au nombre des innovations, l’apparition des cours en ligne et des cours à travers les médias audiovisuels.

Des répercussions sur l’activité économique

En ce qui concerne les activités économiques, les résultats ont été plus amers.
D’après les études, plus de la moitié des personnes enquêtées ont arrêté de  travailler à cause de la pandémie, ce qui d’ailleurs va impacter leur pouvoir d’achat.

Une enquête répétitive

En effet cette enquête qui se veut répétitive pour une période de douze (12) mois à partir de juin, constitue donc la première série de données suivie des conditions de vie des ménages dans le cadre de la Covid-19.

Rappelons tout de même que cette étude qui a bénéficié du soutien technique et financier de la Banque Mondiale, s’est tenue dans le strict respect des mesures barrières éditées par le gouvernement.

Caleb AKPONOU 
« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire