Tél:+228 92 42 51 78
latest

12 juil. 2020

Litige foncier à Lankouvi-Avomé : L’Orphelinat "Mother Charity" crie au secours !

Charity Yawoavi Vodjogbé
Les enfants de l’orphelinat « Monther Charity », sise à Lankouvi-Avomé, sont aujourd’hui dans une insécurité de plus en plus croissante. Une situation liée à l’agissement de certains individus malintentionnés, qui depuis quelques temps pour prendre possession illégalement des lieux, ne cessent de faire recours aux brigands et aux menaces de tout genre. Cette situation devenue insupportable, emmène Charity Yawoavi Vodjogbé, la Fondatrice de l’orphelinat ainsi que ses pensionnaires, à interpeller les autorités administratives pour définitivement régler cette affaire qui les mettent dans une impasse totale.

Dame Charity Yawoavi Vodjogbé, Fondatrice de l’orphelinat « Mother Charity », puisqu’il s’agit d’elle, et  82  enfants qu’elle a décidé de porter assistance, ne sont plus en paix dans leur centre. Des individus, pour appeler les sieurs Apédo Fauster et Yandjélé Joa ne leurs laissent pas le choix pouvant leurs  permettre d’aller à bout de la mission pour laquelle le centre  a été créé. « Mes enfants et moi sommes  en danger. Alors que l’orphelinat est en chantier, plus de répits pour la bonne exécution des travaux. Cambriolages, menaces, intimidations, les enfants et les occupants du centre sont dans un véritable traumatisme. Des individus  qui se réclament propriétaires  de cette réserve administrative menacent tous les occupants du centre», lâche cette dernière.

Selon elle, c’est avec l’accord des autorités administratives et du Chef du canton de Sagbado qu’elle est entrée en possession de ce terrain situé dans le village de Lankouvi-Avomé dans la commune  Golfe 7. Un espace d’une superficie de 2 lots,  qu’elle occupe depuis déjà deux ans, puisque disposant des documents à défaut d’un, pouvant servir et valoir ce que de droit. Une situation qui devient inquiétante et insupportable pour la responsable de l’orphelinat.

Un cri de détresse

A l’issue d’une conférence de presse qu’elle a eu a organisé dans l’enceinte dudit orphelinat, ce samedi 11 juillet 2020,  la fondatrice, lance un cri de détresse aux autorités pour la situation d’insécurité qui dérange son quotidien et met mal à l’aise les enfants qu’elle a à sa charge. « Neuf agents se réclamant du service technique de la mairie de Golfe 7 sont venus nous menacés, pour que nous puissions libérer cette partie de la réserve et ce sans mandat, nous demandons l’aide et  la protection de la part des autorités», a déclaré Mme Vodjogbé, qui déjà soupçonne  un complot entre les plaignants et le 2ème Adjoint au maire, le Sieur Agboyibor Komlanvi.

Et pour preuve, ce dernier estime que le terrain n’est pas approuvé par les autorités compétentes et donc n’est pas une réserve administrative. Il faut selon lui, qu’il y ait  un terrain d’entente entre  les deux parties. Car ajoute t-il selon la fondatrice, « Nous  sommes dans une République et Mme Charity se doit d’être obtempérant ». Une proposition refusée automatiquement par cette dernière qui entre temps était convoqué à la mairie du Golfe 7 pour remplir des modalités prouvant que la réserve ne lui revenait pas de droit. Une convocation qu’elle n’a pas honoré car a-t-elle ajouté,  « Je ne peux pas trouver un terrain d’entente pour une réserve administrative, on a investi, parce que le terrain est approuvé et affecté. Si Je ne veux plus utiliser la réserve de l’Etat je retournerai la lui remettre ».

La Chefferie tranche pour l’orphelinat

Dépêchés sur les lieux, le Chef du canton de Sagbado n’est pas également du même avis. « Nous sommes contre cette décision de vouloir déloger ces orphelins de la réserve. C’est légalement que la responsable de cet orphelinat, est entrée en  possession de ce terrain. Les autorités sont appelées à se saisir de l’affaire  pour que le droit soit respecté », a ajouté Togbui Ahiangba, le Chef du village de Lankouvi-Avomé.

Le maire de la Commune Golfe 7, Aimé Djikounou s’est également chargé de l’affaire. Il  promet trouver dans deux semaines une solution pour le centre selon la fondatrice, qui salue déjà sa bonne volonté. 

Mais déjà que les problèmes de litiges fonciers sont devenus un phénomène très récurant dans le  pays, cette dernière voudrait très vite entrer en possession du reste des papiers, attestant qu’elle occupe légalement cet espace. Car selon elle, sur 3 signatures il manque une que le ministre de l’économie et des finances devrait signer afin qu’elle puisse exercer convenablement son travail.

Aujourd’hui, Charity Yawoavi Vodjogbé, Fondatrice de l’orphelinat « Mother Charity », a dans son centre 82 enfants orphelins, âgés de 2 semaines à 18 ans. Chaque année, c’est plus d’une cinquantaine de familles pauvres et plus de 350 élèves qui bénéficient également du soutien de cet orphelinat en termes de vivres, non vivres, et des fournitures scolaires.

Vivement que les autorités administratives interviennent et dans les plus brefs délais pour éviter que des enfants déjà vulnérables, ne se retrouvent dans les rues.

Emanuel AKAKPO
« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire