Tél:+228 92 42 51 78
latest

24 août 2020

Civisme: La divagation des animaux domestiques, un comportement à bannir chez les propriétaires



A Lomé, tout comme dans les autres régions du Togo, l’élevage des animaux domestiques, se délocalise de plus en plus dans les rues et dans les milieux publics. Et en l’absence de réelles sanctions, nombreux sont les accidents de circulation, causés par des animaux laissés en divagation dans les rues et guidés par leur seul instinct.


Depuis quelques temps, les populations dénoncent une autre forme d’incivilité, souvent constaté chez les propriétaires d’animaux domestiques, qui laissent ceux-ci, en liberté sur les voies publics. Et ces animaux, souvent guidés par leur seul instinct, sont sources d’accidents et d’insalubrités publiques. Mieux, certains de ces animaux domestiques errant, font même preuve d’agressivité sur les usagers.


Un laisser-aller, de la part des autorités compétentes, qui renforce au niveau des propriétaires d’animaux domestiques, ce comportement, qui souvent, impacte négativement, le bon ordre, la sûreté, la sécurité et la salubrité publique.


D’ailleurs, il n’est pas étonnant, de tomber sur des bétails errant en train de dévaster des champs d’autrui, de voir des chiens en divagation s’en prendre à des usagers ou encore, des animaux domestiques être sources d’accidents de circulation.


Un constat


Pour nombre de vétérinaires et d’ingénieurs, le fait de laisser des animaux domestiques en divagation dans les rues, peut au-delà des accidents, des dommages et des conflits générés, être également sources de propagation de plusieurs autres maladies ou virus, liés à des excréments animal laissés dans les  rues ou encore,  des maladies infectieuses, pouvant quitter les animaux pour les hommes. Et c’est le cas, de la grippe aviaire, qui a déjà fait en Afrique des milliers de victimes.


Face à cette situation, les propriétaires d’animaux domestiques, sont donc invités, à faire preuve de citoyenneté et de responsabilité, en maintenant sous contrôle leurs animaux. Et aux autorités, d’être plus contraignantes,  en prenant des mesures plus rigoureuses.


Caleb AKPONOU

« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire