Tél:+228 92 42 51 78
latest

3 août 2020

Togo : Quand des religieux et opposants sont victimes d’espionnage



Selon une enquête des journaux Le Monde et The Guardian, des opposants togolais et des religieux sont depuis des années ciblés par un logiciel espion israélien du nom de Pegasus, pour le compte du pouvoir de Lomé. Au nombre des six (6) togolais les plus ciblés, l’on note Mgr Benoît Alowonou, Président des Évêques du Togo également Évêque de la Paroisse de Kpalimé.

Face au régime en place, les opposants togolais n’ont aucun secret. D’après les enquêtes  des journaux Le Monde et The Guardian, une arme numérique du nom de Pegasus, est depuis des années mise à contribution pour les traquer et savoir ce qu’ils pensent et disent au quotidien.

Pourtant, Pegasus qui est le logiciel utilisé, mise en place par la société israélienne NSO Group est censé être destiné à la lutte contre le terrorisme.
Mais particulièrement au Togo, informe Le Monde, le logiciel a été utilisé contre les religieux catholiques, des militants de la société civile et des politiciens de l’opposition les plus critiques du pouvoir.

Au nombre des personnes ciblées, Mgr Benoît Alowonou, Président des Évêques du Togo et Évêque de la Paroisse de Kpalimé.

Selon le journal, ce dernier en tant que président des Évêques du Togo, a eu à orchestrer des dialogues et tractations entre l’opposition et pouvoir en place en des périodes de crise. Une situation qui lui aurait valu cette violation de liberté.
Un autre religieux catholique, le Père Pierre Chanel Affognon, du Mouvement Forces Vives Espérance pour le Togo, a été également ciblé par le logiciel en question.

D’ailleurs, lui qui avoue ne pas savoir par quel moyen ses messages WhatsApp ont puis être divulgués  entre temps sur les sites de propagande du pouvoir en place, note avoir reçu en octobre 2019, un message d’alerte l’informant qu’il a été bien ciblé par le logiciel en question.

D’autres à l’instar de Raymond Houndjo, un proche de Jean Pierre Fabre, de Elliot Ohin, qui a assuré la fonction ministérielle de 2010 à 2019, ont été également visés par le logiciel en question.

Selon le Journal Le Monde, « au Togo, la surveillance fait depuis longtemps partie du quotidien des militants pro-démocratiques. Des micros distillés dans les lieux de réunion aux écoutes des lignes téléphoniques GMS en passant par la plus prosaïque infiltration des associations et partis politiques par des agents du régime, la panoplie était déjà large avant Pegasus ». Et avec ce logiciel qui exploitait, une faille de sécurité de la messagerie WhatsApp, l’espionnage est plus numérisé et la violation des libertés des citoyens plus renforcée.

Rappelons que l’exportation de Pegasus par des Etats, est soumise à l’autorisation du ministre de la défense israélienne. Et d’après « Le Monde », le Togo n’est pas le seul client du NSO Group la société productrice. L’on compte également le Rwanda de Paul Kagamé.

@gapola

« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire