Tél:+228 92 42 51 78
latest

8 sept. 2020

Togo : A Dapaong, les populations réclament leurs épargnes, après fermeture d’une société de courtage



Depuis plus d’un (1) mois, la fermeture de la Société de Négoce et de Courtage en Banque (SNCB), proposant des prêts d’argent aux agriculteurs et commerçants à un taux de 1,5%, crée des incompréhensions à Dapaong, entre autorités préfectorales et judiciaires d’un côté, et les épargnants de l’autre. En effet, ne disposant pas d’agrément, la SNCB a été fermée pour non autorisation de collecter les épargnes des citoyens. Mais
 les clients, à bout de souffle et espérant rentrer en possession de leurs épargnes pour relancer leurs activités, dénoncent depuis quelques jours, une  procédure judiciaire qui peine à aboutir.


Installée dans la ville de Dapaong depuis quelques semaines avant sa fermeture, la SNCB, dont le promoteur serait un Centrafricain, propose des prêts aux agriculteurs et commerçants à des taux d’intérêts d’1,5%, après que les clients aient versés une caution.


Mais depuis le 03 août 2020,  le Préfet de Tône, Tchimbiandja Yendoukoa Douti, après constat de l’implantation illégale de la société, va donc saisir la justice qui va ordonner à la police, la fermeture de cette structure en prenant les dispositions pour sécuriser les fonds déjà collectés auprès des populations.


Mais face au processus judiciaire enclenché, et qui commence par prendre un peu trop de temps, les populations à bout de souffle, ont depuis quelques jours, commencé par manifester leur ras-le-bol.


Pour ce client qui préfère garder l’anonymat, « voulant obtenir des prêts pour relancer mon activité, j’ai déposé une caution pour obtenir un prêt qui devrait envoisiner les 5,8 millions FCFA. Mais il s’est fait que dans la même soirée, le Préfet a sorti une note fermant l’agence pour implantation illégale. Ce qui est normal et que nous apprécions. Mais cependant, le Préfet nous a signifié que l’argent collecté depuis le début de l’implantation de la société jusqu’au 03 août date de la fermeture, a été récupéré et se trouve dans de très bonne main. Mais depuis un certain temps, on ne fait que nous jouer des tours sous prétexte qu’ils suivent une procédure judiciaire alors que nous nous avons actuellement besoin de notre argent pour relancer notre activité. Entre-temps, nous sommes allés nous plaindre au niveau de la Police qui nous a bel et bien signifié qu’ils ont récupéré une enveloppe de 5 millions correspondant, à la somme que nous avons déposé le 03 août, avant la fermeture de la société. Mais nous ne savons pourquoi ils ne veulent pas nous remettre notre argent».


Intervenant sur la question, le Préfet de Tône, a réellement confirmé que le jour de la fermeture de la société, une enveloppe contenant 5 millions FCFA, a été récupérée. Mais cependant ajoute-t-il, il existe un autre coffre-fort, contenant une importante somme d’argent, dont les agents sur place ne maîtrisent par la combinaison. « C’est pourquoi dès le début, nous avons informé la Justice pour qu’elle prenne en main toute la procédure. Aujourd’hui, il s’agit d’une procédure qui suit son cours au niveau de la Justice pour permettre à chacun de rentrer en possession de ses épargnes.  Tout est fait dans les règles de l’art pour que rien ne nous soit reproché. Si nous avons décidé de fermer la société, c’est parce qu’elle n’a pas reçu d’autorisation pour collecter les épargnes des citoyens. Donc l’argent sera retourné aux épargnants à la fin de la procédure », a souligné le Préfet.

 

Interrogé sur la question, le Procureur de Dapaong, rappelle quant à lui,  qu’il s’agit d’une procédure qui suit son cours normal.  « Et chez nous, quand un dossier est au niveau du Juge d’instruction, nous avons le principe de confidentialité. Mais quoi qu’il en soit,  les victimes doivent savoir que tout est mise en place pour les protéger. Et toutes les mesures sont prises pour que la procédure soit conduite dans les règles de l’art »,  a-t-il signifié.


Un constat


S’il est clair au vu des explications, que l’affaire SNCB à Dapaong, suit son cours normal au niveau de la Justice, il est à rappeler que la peur des populations semble être justifiée, puisqu’ayant été habituées à des procédures judiciaires non abouties au Togo.


Et aujourd’hui, l’on a encore en mémoire, les milliards d’épargnes des populations englouties dans des procédures judiciaires non abouties dans les affaires « REDEMARRE »  et « IDH », qui ont donc emmené les populations à perdre toute confiance en l’autorité compétente.


C’est également le lieu pour les populations, de renforcer la vigilance face la réapparition des sociétés de placement qui font miroiter des gains extraordinaires. Dans le sens, l’Association Professionnelle des Systèmes Financiers Décentralisés (APSFD) du Togo, invitait déjà ses membres à renforcer la sensibilisation des populations face aux risques de spoliation que cela pourrait induire.


@gapola

E-Mail : thierryaffanoukoe@gmail.com

Tél ; (00228) 92 42 51 78 / 97 85 10 60 : Pour vos reportages, annonces et publicités, contacter le service commercial de vote site Gapola  

 

 

 

 

  

« PRECEDENT
SUIVANT »

1 commentaire