Tél:+228 92 42 51 78
latest

12 oct. 2020

Togo : La masse ouvrière de la Société Mèche Amina aux abois !



 

Face à la précarité salariale et des conditions de travail déplorables, les travailleurs et travailleuses de la Société Mèche Amina reviennent une fois encore à la charge.

 

Cela fait un moment que les travailleurs et travailleuses de la Société Mèche Amina, crient leur mécontentement face à la situation qu’ils traversent. Fin de contrat en cascade, précarité salariale, conditions inhumaines, mises à pied abusifs, une absence de déclaration à la caisse de sécurité sociale pour ne citer que ces manquements. Des situations qui depuis quelques années, sont érigées en règle de fonctionnement et devenues le quotidien de ces travailleurs, qui dénoncent une corruption des différents syndicats de la zone franche.

 

« Nous avons trois syndicats dans la zone franche qui sont basés à Amina. Synatrazoft (Syndicat national des travailleurs de la zone Franche, SYLITRAZOF (Syndicat libre des travailleurs de la zone France), et l’USYNTRASOF. Mais nous avons constaté que certains sont corrompus et font fi aux souffrances des syndiqués que sont les employés de la société Amina qui depuis plusieurs années végètent dans la précarité », a déclaré un employé avant d’ajouter, « il s’agit d’une politique de diviser pour mieux régner qui est instauré depuis quelques années par l’employeur afin de nous maintenir dans la situation de précarité».

 

Pour la masse ouvrière, « aujourd’hui on est embobiné et confus dans une politique de diviser pour mieux régner qui nous empêche de nous lever comme un seul homme pour réclamer nos droits. Et souvent, pour le même poste de travail, avec des ouvriers qui cumulent les mêmes expériences, les conditions de rémunérations sont différentes, ce qui fait que d’autres tapis dans l’ombre pour saboter la lutte devant conduire à une amélioration des conditions de vie et de travail de la masse ouvrière».

 

Aussi, le Délégué du personnel qui est en même temps le Secrétaire de syndicat propose selon ces ouvriers marginalisés,  « des travailleurs à l’employeur avec des conditions salariales qui sont mieux que les autres camarades. Et nul n’a le droit de revendiquer, car les conséquences sont très amères ».

 

En ce qui concerne l’Employeur, on a l’impression que pour lui, les employés n’existent pas. « Jusqu’ici, l’Employeur collabore avec nos Délégués qui sont élus depuis 2001. Et nous les Employés nous ne sommes pas considérés », affirme un des Employés avant d’ajouter, « cela fait déjà deux fois que nous avons écrit une lettre pour porter nos doléances en tant que travailleurs.Mais personne ne fait fi de nos préoccupations. Nous sommes devenus comme des laisser-pour–compte, et les choses vont de mal en pis ».

 

Des Syndicalistes indifférents

 

Selon la masse ouvrière, il n’y a que les Syndicats sur qui on peut compter pour mener la lutte, mais ces derniers font fi de toutes les revendications portées. « De par le passé, les Responsables syndicaux nous avait demandé de cotiser, la somme de 500f pour l’élaboration de notre convention sectorielle. Mais aujourd’hui ces mêmes responsables syndicaux se retrouvent en déphasage avec cette convention qui stipule que les Délégués sont élus chaque deux ans. Or nos Délégués qui se trouvent être également nos Responsables syndicaux sont là depuis 2001, soit 19 ans. Même l’Inspecteur de travail avec toutes ses prérogatives n’arrive pas à agir pour rétablir la situation ».

 

Face à cette situation, la masse ouvrière de la Société Mèche Amina, réclame donc la mise en place d’une concertation pour débattre des questions spécifiques relatives au fonctionnement de la société. Une assise qui devra permettre selon ces ouvriers, de limiter les comportements indécents de certains responsables de la Société, qui n’en finissent pas avec les « harcèlements sexuels sur des ouvrières».

 

Nous y reviendrons…

 

@gapola

E-Mail : thierryaffanoukoe@gmail.com

Tél : (00228) 92 42 51 78 / 97 85 10 60 : Pour vos reportages, annonces et publicités, contacter le service commercial de vote site Gapola. 

« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire