Tél:+228 92 42 51 78
latest

18 oct. 2020

Togo : L’UITA prépare un plaidoyer pour la ratification de la Convention 190 de l’OIT



L’Union Internationale des Travailleurs et Travailleuses de l’Alimentation, de l’Agriculture, de l’Hôtellerie et des Branches Connexes (UITA –Togo), poursuit sa lutte contre la violence et le harcèlement. Et pour acter cette lutte, la Coordination Projet Femme de la branche Togo de l’Union, a ouvert samedi 17 octobre 2020 à Lomé, une formation sur les techniques de plaidoyer. Placée sous le thème : « Plaidoyer efficace des femmes de l’UITA-Togo pour une ratification de la Convention 190 », l’initiative à terme, devra permettre de mieux lutter contre la violence et le harcelement, en amenant le Togo, à ratifier la Convention 190, de l’Organisation Internationale du Travail (OIT), qui interdit et sanctionne ces délits.

 

La Coordination de Projet Femme de l’UITA-Togo, a organisé samedi à l’endroit de ses membres, un atelier de formation sur les techniques de plaidoyer.

 

Dans la logique et pour permettre aux participants et membres de l’Union de cerner le rôle dévolu aux syndicats dans la lutte contre les violences dites « domestiques », la Coordinatrice Projet Femme UITA-Togo, Viho Emilie a procédé à l’occasion, à la présentation du contenu du guide intitulé :« Briser le silence ».

 

Un document de l’UITA, qui passe en revue ce que c'est que la violence et le harcèlement, leurs manifestations et ce qui devrait-être la lutte syndicale face à ces délits.

 

Que désigne les violences domestiques

 

Pour la Coordonnatrice Projet Femme, les violences domestiques désignent toutes les différentes formes de violences, qu’elles soient psychologique, intime, économique et physique qui sont dans la majorité infligées aux femmes par leurs conjoints. Et quelques fois, elles se manifestent par la restriction à l’accès à l’emploi ou encore des confinements à domicile.

 

Selon les statistiques en France, huit femmes sur dix souffrent des violences domestiques. 

 

Et puisque le rôle des syndicats est de défendre l’employé, il urge de les initier à un plaidoyer efficace, pour une ratification par le Togo, de la Convention 190.

 


 

Cap sur la formation

 

À l’occasion, c’est Claire Quenum, Coordonnatrice de programme de l’ONG Floraison, qui a eu à développer le thème consacré à l’atelier.

 

Spécialiste des questions liées aux violences faites aux femmes, Mme Quenum note que, « la Convention 190 de l’OIT, porte sur la violence et le harcèlement en général dans le monde du travail. Et cette Convention a été adoptée en juin 2019. Mais le Togo notre pays n’a pas encore ratifié cette Convention  pour que ça soit pleinement, une force de loi dans notre pays ». Et pour ce faire, « le Comité des femmes de l’UITA au Togo, a trouvé important de s’organiser pour amener le Gouvernement à ratifier cette Convention étant donné que la violence et le harcèlement dans le monde de travail concerne beaucoup plus les femmes ».

 

Dans cette logique, le plaidoyer pour l’adoption de la Convention 190, requiert toute son importance puisqu’il devra contribuer à l’amélioration des conditions des femmes travailleuses au Togo, et mieux lutter contre la disparité sociale en favorisant une meilleure intégration des femmes. A ce titre, la formation a été particulièrement axée sur les techniques de plaidoyer. L’objectif étant de renforcer les capacités des membres de l’UITA, à s’approprier les différentes techniques pour amener le gouvernement à ratifier la convention en question.

 

Pour Claire Quenum, « quand les citoyens constatent qu’il y a un problème, leur outil pour amener le gouvernement à corriger la façon de faire, c’est de faire le plaidoyer, qui se présente comme une forme de négociation pour convaincre l’interlocuteur d’aller dans le bon sens ». Et c’est l’objectif poursuivi par la Coordination Projet Femme UITA-Togo.

 

Caleb AKPONOU

E-Mail : thierryaffanoukoe@gmail.com

Tél : (00228) 92 42 51 78 / 97 85 10 60 : Pour vos reportages, annonces et publicités, contacter le service commercial de vote site Gapola.

« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire