Tél:+228 92 42 51 78
latest

30 sept. 2020

Togo : Une forte augmentation du PIB axée sur le rebasage

Koame Kouassi


Le Produit Intérieur Brut du Togo, connaît une réévaluation, grâce à la nouvelle méthode de calcul axée sur le rebasage du PIB et des comptes nationaux de 2016, 2017 et 2018. Un relèvement qui tire sa source de l’intégration aux calculs, des données plus larges à l’instar des activités informelles qui étaient approximativement prises en compte dans l’ancien système de comptabilité.


Avec des calculs axés sur le rebasage qui intègre des données plus larges et des secteurs d’activités autres fois, non incorporés aux calculs, l’on note une réévaluation de plus de 36% du PIB national du Togo en 2016, selon les études faites par l’Institut national de la statistique et des études économiques et démographiques (INSEED).


En effet, le rebasage qui se définit comme le changement des années de base, prenait jusque-là,  l’année 2007 comme référence pour des calculs du PIB. En ce qui concerne les calculs des comptes nationaux, ils sont axés sur l’ancien Système de Comptabilité nationale (SCN) datant de 1993.


Aujourd’hui, le Togo qui a changé de cap avec un nouveau Système de Comptabilité nationale (SNC) élaboré en 2008, utilise l’année 2016 comme référence en fonction des recommandations des Nations Unies, qui vise l’atteinte des résultats probants.

Se basant sur la nouvelle approche de calcul, l’INSEED note que le PIB du Togo en 2016, qui selon l’ancienne méthode est estimée à 2.618,1 milliards FCFA, passe à 3.574,4 milliards FCFA, soit une augmentation de 36,5%.


Du point de vue de la demande, la consommation finale, en hausse de 39,2% représente 91,7% du PIB et demeure la principale composante de la demande ; et la formation brute de capital fixe, bien qu’en hausse de 1,9%, régresse en termes de contribution à la formation du PIB.


Quant à l’année 2017, où les estimations du compte indiquent une croissance de 4,3% du volume du PIB, soit environ 3.713,6 milliards FCFA  contre 3.729,8 FCFA, le Directeur général de l’INSEED, Koame Kouassi, a donc tenu à rappeler que l’effet des manifestations politiques intervenues dans le courant de ladite année n’a donc pas impacté la consommation.


Cependant souligne –t-il, « le résultat du rebasage signifie qu’il y avait des richesses qui étaient cachées qu’on ne prenait pas  en compte. Mais avec la nouvelle méthodologie on a pu prendre en compte ces richesses qui proviennent majoritairement du secteur informel : les transferts monétaires, les guichets automatiques».

  

« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire