Tél:+228 92 42 51 78
latest

4 nov. 2020

PDGM : Les Maires outillés sur les politiques de réinstallation et la gestion des plaintes minières




La formation des acteurs, sur le guide faisant office de réglementation dans le secteur minier  se poursuit dans le cadre du Projet de Développement et de Gouvernance Minière (PDGM). Après les opérateurs miniers, le cap est mis mardi 03 novembre 2020, sur la formation des Maires de la région Maritime. Durant deux (2) jours, ces derniers, seront formés sur le Cadre  des politiques de réinstallation des populations (CPRP), et sur le mécanisme de gestion des plaintes (MGP) dans le secteur minier.


En tant qu’élus locaux, les Maires se doivent de maîtriser les cadres réglementaires de l’exploitation minière, pour anticiper les conflits pouvant surgir entre opérateurs économiques et populations, ou pouvoir régler ceux-ci, en cas de besoin.


Dans la logique, se tient depuis mardi à Togblékopé dans la Préfecture d’Agoè-Nyivé, et ce durant deux (2) jours, la formation des Maires de la région Maritime sur le cadre des politiques de réinstallation des populations (CPRP), et sur le mécanisme de gestion des plaintes dans le secteur minier au Togo.


Pour Bala-Kindi Abalo, Spécialiste en Sauvegarde environnementale et Sociale, également Formateur, il sera d'abord question, de rappeler aux maires, les principes de réinstallation.


En effet, tout projet de développement d’infrastructures y compris les projets miniers, entraînent souvent la réinstallation, qui consiste à déplacer soit la personne physiquement, ou soit, ses biens, ce qui est donc considéré comme une restriction économique. D’où des compensations.


Sauf que ces compensations, ne se font pas toujours dans les règles de l’art. « C’est pourquoi dans le cadre du PDGM, nous avons trouvé opportun d’élaborer un cadre fédérateur qui va permettre aux opérateurs miniers d’élaborer leur plan de réinstallation. Les Maires étant un des acteurs clé de développement dans les Communes, il doit falloir que nous les outillons pour éviter que des problèmes liés à l’exploitation minière ne surviennent,  et dans le cas contraire, qu’ils aient des outils nécessaires pour régler ces problèmes », a indiqué Bala-Kindi Abalo.


Abondant dans le même sens, Prospère Kotoko, Responsable des affaires juridiques et des Évaluations environnementales sur le projet REDD+, rappelle qu’il urge de former les Maires, parce que ces derniers sont impliqués au premier niveau de la hiérarchie de l’administration. « Ils sont dépositaires des plaintes et premiers responsables impliqués dans la résolution de ces plaintes, parce qu’étant au contact des populations ».


Cadre de la gestion des conflits miniers


En effet, la résolution mise en œuvre par le PDGM se veut « une thématique à cheval entre la procédure administrative, et la procédure judiciaire qui suppose que les conflits soient réglés à la base, mais sur des principes de conciliation ou les deux parties en perdant ne doivent pas trop perdre, mais en gagnant ne doivent pas trop gagner. Ceci pour dire que dans la procédure de gestion des plaintes, chacune des parties doit laisser quelque chose et gagner quelque chose », a rappelé Prospère Kotoko.


Rappelons que le Projet de Développement et de Gouvernance Minière (PDGM), est financé par la Banque Mondiale. En ce qui concerne la formation, elle est placée sous l’autorité du Ministère Délégué auprès du Président de la République Chargé des Mines et des Énergies.


Caleb AKPONOU

E-Mail : thierryaffanoukoe@gmail.com

Tél : (00228) 92 42 51 78 / 97 85 10 60 : Pour vos reportages, annonces et publicités, contacter le service commercial de vote site Gapola.

« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire