Tél:+228 92 42 51 78
latest

14 déc. 2020

Togocom : La 5G, une autre supercherie du Groupe



Le vendredi 27 novembre 2020, le Groupe Togocom activait son réseau commercial 5G, permettant au Togo d’être le 1er pays d’Afrique de l’Ouest et le 3ème du continent africain à déployer cette technologie. Si l’initiative se veut louable, elle est inopportune pour bon nombre de Togolais, qui  dénoncent une simple propagande au détriment d’une réelle volonté d’assurer aux populations, des services de communication qualitatifs et à coûts abordables.


Le lancement de la 5G par le Groupe Togocom ne cesse de susciter des réactions et des interrogations.


Que ce soit du côté des techniciens du Groupe ou des analystes, des inquiétudes persistent sur le bien-fondé de cette initiative, surtout que le Togo n’a pas fini d’amortir la 4G, qui peine à couvrir les coins et recoins du pays.


Et partant du constat qu’une technologie mal maîtrisée peut s’avérer dangereuse pour les populations, il urge de se poser quelques questions préalables, selon les techniciens.


Il s’agit entre autres de savoir, si la technologie 5G est bien mûre et maîtrisée par les fabricants et les institutions normatives avant que Togocom n’y passe ? Quelles sont les fréquences dans lesquelles Togocom opère ? A-t-il eu les licences pour les différents spectres ? Est-ce que les terminaux sont disponibles sur le marché togolais à coût abordable ? Et surtout, a-t-on fini d’amortir la 4G pour passer à la 5G ?


Autant d’interrogations qui hantent la mémoire du citoyen lambda, quand on sait que le duopole (Togocom et Moov), peine à offrir aux populations, un débit maximum 4G et à coût réduit.


Pour Pasteur Edoh Koami, Président du MMLK, l’ARCEP doit rappeler Togocom à l’ordre par rapport à cette folie de grandeur qui ne peut pas prospérer.


« Nous avons de sérieux problèmes avec la 4G, on fait une transition vers la 5G, ce qui n’est pas possible », souligne-t-il.

 

Pis, la société qui dit faire du Togo, le pays pionnier de la 5G dans la sous-région, n’a pas préparé les populations à adhérer à cette technologie. Une situation qui ne saurait prospérer, selon le Responsable MMLK, qui annonce se prononcer clairement sur la situation les jours à venir.


Abordant dans le même sens, Emmanuel Sogadji, Président de la Ligue des Consommateurs Togolais (LCT), souligne qu’au niveau de la Ligue, « l’opportunité n’est pas à la 5G. Il faudrait d’abord qu’on puisse réduire les coûts et assurer la qualité de la 3 et 4G. Les populations n’ont pas besoin de savoir que leur pays a été le tout premier à activer la commercialisation de la 5G. Elles veulent juste savoir que leur pays est le premier à offrir des services de communication qualitatifs et abordables ».


Même analyse pour ce technicien du Groupe Togocom qui requiert l’anonymat. « Aujourd’hui, le Togo a des besoins en internet fixe non honoré. Mais la question reste de savoir si le Conseil d’administration qui a donné son feu vert pour un tel investissement dans la 5G, a réalisé une étude de faisabilité avant de s’y engager ?».


Autrement dit, est ce que Togocom qui a la 3G et la 4G, assure déjà une gestion efficace pour prétendre aller à la 5G ? L’on n’y croit pas, puisque la cherté et la piètre qualité des services internet sont quotidiennement décriées par les populations.


De la nécessité de rectifier le tir


Aujourd’hui pour relever le défi de la mauvaise qualité des services et débits offerts, il y a lieu « que Togocom pensent avant tout à l’extension de son réseau et non à soutenir les autres qui en ont suffisamment ». Et en ce qui concerne le déploiement de la 5G, « il doit falloir que le Groupe parvienne à convaincre sur les raisons pour lesquelles il fallait lancer cette technologie de très haut débit, puisqu’une simple étude nous montre qu’il reste à faire en matière de trafic de la 3G et 4G. La 5G, devrait normalement être un projet à moyen terme.  Mais à court terme, on aurait d’abord pu faire l’audit des deux premières avant de passer à la 5G ».


En outre, pour relever les différents défis, Togocom doit également faire du service d’argent une priorité et aussi accélérer ses installations en FTTH (Fibre optique jusqu’au domicile). Un type de réseau de télécommunication physique qui devra permettre l’accès à internet à très haut débit.


Autrement dit, l’objectif serait de promouvoir aux populations une couverture qualitative et à moindre coût,  qu’une technologie mal maîtrisée.


Caleb AKPONOU

E-Mail : thierryaffanoukoe@gmail.com

Tél : (00228) 92 42 51 78 / 97 85 10 60 : Pour vos reportages, annonces et publicités, contacter le service commercial de votre site Gapola.

  

« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire