Tél:+228 92 42 51 78
latest

21 janv. 2021

L’AJPDH pour des médias responsables dans la valorisation de l’image de la femme



 

Face aux clichés sexistes véhiculés sur les femmes dans nos sociétés, l’Association des Journalistes pour la Promotion des Droits de l’Homme au Togo (AJPDH) a organisé mercredi 20 janvier 2021 à Lomé, une Conférence-débat, sur le rôle et responsabilité des médias sur la question. Il s’était agi de mettre l’accent sur le rôle éducatif des médias dans la lutte contre le phénomène.

 

Placée sous le thème : « L’image de la femme dans les médias et au sein de l’opinion : Rôle et responsabilité des médias », la Conférence-débat a permis aux  femmes des médias de réfléchir sur ce qui devrait être le rôle des institutions étatiques ou médiatiques dans la valorisation de la femme, dont la compétence et l’apport au développement ne sont plus à démontrer.

 

Selon Esthelle Koudjonou, Journaliste et Présidente de l’AJPDH, l’initiative fait suite aux différentes nominations des femmes aux postes de responsabilité ces derniers temps au Togo.

 

« Aujourd’hui, tout porte à croire que nous sommes dans les clichés, dans les stéréotypes où on n’a pas confiance aux compétences de la femme pour épouser les rôles qui leurs sont confiés, mais les critiques viennent plutôt, sur les aspects sexistes », a-t-elle déclaré. 

 

Et c’est pour attirer l’attention sur cet état de chose que les réflexions ont été initiées.

 

Quel doit être alors le rôle des journalistes ?

 

En effet, le journaliste en tant que leader d’opinion est tenu de jouer le rôle d’éclaireur de la société. Pour ce faire, sa formation se révèle donc importante.

 

Pour Sogoyou Kéguéwé, Journaliste et Ancien Ambassadeur du Togo en Allemagne, il va falloir que l’on initie les journalistes aux textes en vigueur, pour qu’à leur tour, ils puissent jouer le rôle d’éclaireur qui devrait être le leur.

 

« Il faut que les journalistes soient formés et qu’un effort de vulgarisation soit fait. C’est le seul moyen qui peut contribuer à améliorer l’image de la femme. Dans nos sociétés, l’image de la femme est faite de nos éducations à la base, notre instruction, nos religions, un peu de politique et beaucoup d’ignorance ».

 

Et puisque nul n'est censé ignoré la loi, les hommes de média sont invités par l’occasion, à être à la fuite de l’information, à éviter de faire du sensationnalisme au détriment de la vraie information et à valoriser les vrais modèles de femmes.

 

En ce qui concerne les femmes elles-mêmes, elles sont invitées à se mettre en valeur intelligemment et non à travers la publication de leurs images dénudées sur les médias et réseaux sociaux.

 

Quid du rôle régulateur de la HAAC

 

Dans cette lutte de valorisation de la femme en tant qu’actrice de développement et non objet sexiste à travers les médias, la Haute Autorité de l’Audiovisuelle et de la Communication (HAAC), comme organe de régulation prend différentes initiatives.

 

Pour Aminata Adrou, Membre de la HAAC, entend qu’institution de régulation des médias, la HAAC a la responsabilité de préserver l’image de la femme dans les médias et dans le sens, la HAAC sensibilise les médias sur les reportages trop sexistes concernant la femme.

 

« Je vous rassure que nous sommes écoutés mais il y a encore des efforts à faire. Dans les jours qui vont venir, nous sommes en train de réfléchir pour que tous les médias, notamment les télévisons, puissent respecter la signalétique à travers les programmes des chaînes. Cette signalétique permettra en sorte que lorsqu’il y a des films un peu trop sexuel, que les chaînes concernées puissent informer le publique », a-t-elle relevé.

 

Rappelons que l’AJPDH résolument tournée vers la valorisation des droits de l’Homme, en tant réitérer le débat le 08 mars, à l’occasion de la Journée mondiale de la femme. L’objectif étant d’approfondir les réflexions pour des résultats plus palpables, l’appel est donc lancé aux sponsors et aux bonnes volontés pour soutenir l’initiative.

 

Caleb AKPONOU

Mail : thierryaffanoukoe@gmail.com

Tél : (00228) 92 42 51 78 / 97 85 10 60 : Pour vos reportages, annonces et publicités, contacter le service commercial de votre site Gapola. 

« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire