Tél:+228 92 42 51 78
latest

29 janv. 2021

Togo : L’UPF prend son envol de 2021



L’Union Internationale de la Presse Francophone (UPF-Togo) a officiellement repris vendredi 29 janvier 2021, ses activités pour l’année 2021. A l’occasion, une conférence inaugurale portée sur les spécificités du nouveau code de la presse, a réuni d’imminentes personnalités au nombre desquelles, professionnels de média, autorités gouvernementales, juristes, experts en communication et membres de la Haute Autorité de l’Audiovisuelle et de la Communication (HAAC).


Adopté il y a quelques mois, le nouveau code de la presse intègre des innovations  que les professionnels de médias se doivent de connaître pour exercer leur métier en tout professionnalisme.


Fort de cette nécessité, la cérémonie inaugurale des activités 2021 de l’UPF Togo, a permis aux acteurs de mûrir des réflexions sur la profession de journaliste et de passer en revue les spécificités du nouveau code de la presse.


Après  un bref discours de circonstance prononcé par Loïc Lawson, Président de l’UPF Togo et Prof Akodah Ayéwouadan, Ministre de la Communication, qui a d’ailleurs pris une part active aux discussions, place a été laissée aux panélistes pour entretenir l’assistance sur les caractéristiques du nouveau code de la presse.


« Le nouveau code de la presse tel qu’il a été voté, a trois (3) aspects principaux qu’il faut retenir. Le premier, c’est que le texte a pris en compte la presse en ligne ce qui n’était pas le cas. Le deuxième aspect, le code met l’accent sur le statut du professionnel de la communication en décernant trois (3) catégories, et c’est une disposition nouvelle qui relève le niveau général de la presse. Et la troisième chose qu’il faut retenir, c’est l’entreprise de presse, qui est désormais une société avec un certain nombre davantage », a souligné Babaka Badjibassa Casimir, Rapporteur de la HAAC.


Mieux, le nouveau code de la presse impose également des compétences aux professionnels de média, qui sont dorénavant appelés à faire de la presse professionnelle en respectant les codes et règles déontologiques qui s’imposent.


« Aujourd’hui, il faut davantage de formation pour les journalistes. Et à l’ISICA au Campus de Lomé, on essaie de mettre l’accent sur la formation à travers ce qu’on appelle le PROFAMED pour accompagner les journalistes qui étaient déjà en fonction et qui exercent depuis des années afin de leur permettre de renforcer leur capacité. Il faudrait aller vers l’information, faire en sorte que l’information que l’on doit publier soit crédible  et prendre soins de ce qu’il faut pour la publier », a relevé Dr Anoumou Amékoudji, Journaliste, Enseignant Chercheur à l’ISICA.


Revenant sur les spécificités du nouveau code, l’Enseignant chercheur rappelle que ce code définit mieux la qualité du journaliste en précisant que pour l’être, le premier critère qu’il faut réunir, « c’est d’être formé dans une école de journalisme après viennent d’autres critères ».


Partant du principe que le journaliste en dérogeant à la règle du professionnalisme, peut tomber sur le coup de la loi, Me Attoh Koffi Messan, Avocat au Barreau du Togo, invite pour sa part les professionnels de médias, à faire du respect de la déontologie de la presse, un outil de travail.


Rappelons que le panel animé par Me Koffi Sylvain Mensah Attoh, Avocat au Barreau du Togo, Dr Anoumou Amekoudji, Journaliste, Enseignant-Chercheur à l’ISICA, Dr Saïbou Mikaila Abass, Journaliste-Sociologue et Consultant en Communication et Babaka Badjibassa Casimir, Rapporteur de la HAAC, a vu également la participation des autorités gouvernementales. Il s’agit entre autres, de Pr Akodah Ayéwouadan, Christian Trimua et de Reckya Madougou, respectivement Ministre de Communication,  Ministre des Droits de l’Homme et Conseillère spéciale du Chef de l’Etat.


Caleb AKPONOU

Mail : thierryaffanoukoe@gmail.com

Tél : (00228) 92 42 51 78 / 97 85 10 60 : Pour vos reportages, annonces et publicités, contacter le service commercial de votre site Gapola.

« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire