Tél:+228 92 42 51 78
latest

27 mars 2021

Développement de la plaine de Djagblé : Des retombées qui en disent long



Mise en valeur pour booster la production vivrière, remédier à l’insuffisance alimentaire et favoriser la création de nouveaux emplois, la plaine de Djagblé, est devenue une priorité des autorités togolaises. Cofinancé à hauteur de 9,6 milliards FCFA par le Togo, la Banque Arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA) et la Banque islamique de développement (BID), le projet revêt une importance capitale pour le développement du pays.

Dans ses initiatives de développement du pays, les autorités togolaises entendent doter le canton de Djagblé et ses environs d’infrastructures socio-économiques de base.

Depuis bientôt trois ans, a été donc lancé le projet de développement rural de la plaine de Djagblé, avec pour objectif de désenclaver la zone par la construction de pistes rurales, la promotion de la riziculture et cultures maraîchères.

Ainsi financé à hauteur de 9,6 milliards FCFA, le projet pleinement exécuté, devra permettre de construire des aménagements hydro-agricoles avec une maîtrise totale de l’eau sur une superficie de 340 hectares avec des ouvrages connexes. Par même le projet, le gouvernement entend lutter contre la pauvreté et la malnutrition.

Aussi compte-t-il développer et diversifier les cultures vivrières avec une attention particulière pour le riz, à travers la création de 4 000 emplois directs et indirects et réduire le taux de pauvreté de 67 à 40%.

Des impacts directs

Aujourd’hui, le constat révèle que depuis le lancement du projet de développement de la plaine de Djagblé, les retombés pour les populations ne sont pas négligeables.

Entre autres, l’on note la réalisation d’une mini-adduction d’eau contenant 2 châteaux, deux forages et treize bornes fontaines, la construction de 03 bâtiments pour 11 salles de classe, 03 bâtiments à 3 salles de classe et 06 blocs Ecosan. À cela s’ajoute, la réalisation de 25 km de pistes de désenclavement avec des caniveaux de part et d’autres pour drainer les eaux pluviales.

En ce qui concerne le développement de la culture du riz, les bénéficiaires ont commencé la pratique  rizicole sur le périmètre aménagé autour d’une parcelle pilote de formation.

Aussi, le gouvernement prévoit mettre à disposition des agriculteurs du canton, des intrants et des semences certifiées, des équipements agricoles, des crédits en privilégiant les femmes et les jeunes travailleurs.

@gapola

Mail : thierryaffanoukoe@gmail.com

Tél : (00228) 92 42 51 78 / 97 85 10 60 : Pour vos reportages, annonces et publicités, contacter le service commercial de votre site Gapola. 

« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire