Tél:+228 92 42 51 78
latest

24 avr. 2021

Nimangnan : La part de vérité de Togbui Komahé-Sessi

Togbui Komahé-Sessi James Koami III


Le Chef du village de Nimangnan, dans la préfecture des Lacs ne se reproche de rien, et tient à le faire savoir. Accusé de falsification d’empreinte digitale dans le but de s’accaparer des terres, Togbui Komahé-Sessi James Koami III, balaie toutes accusations du revers de la main et dit sa part de vérité.

Depuis la semaine dernière, Togbui Komahé Sessi Koami III, est au centre d’une controverse alimentée par son propre grand frère, le Sieur Kodjogan Komahé, membre de la famille.

A travers son fils Toto Komahé, présenté comme porte-parole du village Nimangnan, le Sieur Kodjogan accuse son petit frère qui n’est autre que le Chef du village, de se livrer au faux et usage de faux à travers la falsification des empreintes digitales. Et ceci, dans le but de s’accaparer des terres de la communauté.

Cette accusation qui a fait le chou gras des réseaux sociaux et médias, a donc conduit Togbui Komahé, à sortir de son silence et à rétablir sa part de vérité.

Pour Togbui, Toto Komahé n’a jamais été le porte-parole du village Nimangnan. En tant que Chef du village, Togbui Komahé, dit être le seul habilité a désigné un porte-parole du village.

Sur les accusations de falsifications d’empreintes digitales et de ventes  frauduleuses de terres, Togbui Komahé, récuse les accusations.

« Ce qu’on me reproche comme accaparement de terres n’existe même pas au point de me profiter ou encore de profiter à mon grand frère en question. En effet, c’est une attestation de droit de propriété signé devant un juge en faveur de certains de nos frères et sœurs qui venaient de perdre leur grand-mère et la famille avait voulu ses terres. Le litige est alors porté devant le juge Dotchè Togbé, à l’époque 3ème substitut du Procureur de la République à Lomé. Il a tranché l’affaire et a donné raison aux héritiers », souligne Togbui Komahé avant de poursuivre plus loin : « Tous les terrains dont on parle et m’accuse ont été vendus par leurs propriétaires qui ne sont autres que nos parents. Les acquéreurs ont procédé à l’immatriculation (Titre foncier) desdits terrains dont je détiens la copie des copies afférentes dans nos archives de même que les contrats de vente respectifs ».

Pour Togbui Komahé, une des ventes dont il est même accusé a eu lieu en 1963 et une autre en 1969, années dans lesquelles, il était encore en service militaire au Ghana.

En effet, les accusations portées contre lui sont fabriquées et montées de toutes pièces. Mieux, ne relève d’aucun fondement

« Je ne m’inquiète pas car je ne me reproche rien, rien du tout », a-t-il souligné.

Rappelons que  Togbui Komahé-Sessi James Koami III, Chef du village Nimagnan, est arrivé au trône  en 1999. Il est également nommé par ses pairs, Président des Chefs du Littoral 2 composé de 26 villages. En ce qui concerne le village lui-même, peuplé 2500 habitants, il est localisé dans la préfecture des Lacs.

@gapola

Mail : thierryaffanoukoe@gmail.com

Tél : (00228) 92 42 51 78 / 97 85 10 60 : Pour vos reportages, annonces et publicités, contacter le service commercial de votre site Gapola

« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire