Tél:+228 92 42 51 78
latest

5 mai 2021

UL-ESTBA : Le master de recherche biotechnologie microbienne et cellulaire refusé aux candidats et aspirants



Bien qu’un appel à candidatures au master de recherche biotechnologie microbienne et cellulaire (BMC, 2020-2021) ait été lancé par Prof Dodzi Kokoroko, les candidats et aspirants n’auront plus cette opportunité de poursuivre leurs études supérieures. En effet, la Présidence de l’Université de Lomé (UL), revient sur sa décision et informe que l’Ecole Supérieure des Techniques Biologiques et Alimentaires (ESTEBA) ne peut pas abriter un master de recherche BMC.

Par décision du 18 janvier 2021, Prof Dodzi Kokoroko, Président de l’Université de Lomé, autorisait l’ESTBA, à ouvrir un appel à candidature pour un master en sciences biomédicales parcours recherche. Et par procédure de sélection des candidats ont été retenus le 18 janvier 2021, après étude des dossiers.

Seulement le 09 avril 2021, Prof Kafui Kpégba, Vice-Président de l’UL, va en se référant à l’article 6 de l’arrêté numéro 060/UL/P/SG/2018, demander au Directeur de l’ESTBA, de refermer le master de recherche biotechnologie microbienne et cellulaire. Dans le cas contraire, de le transformer en un master professionnel.

Pour la Vice-Présidente de l’Université, la mesure vise à corriger les manquements et définir un cadre plus  réglementaire pour tous les masters à l’Université de Lomé. Un avis, que ne partage pas les concernés.

Pour eux, la décision s’apparente plus, à une volonté de maintenir la majorité des candidats et aspirants à un niveau licence ou à l’étape des employés.

A en croire ces derniers qui se sont exprimés à travers un mémo, le technicien de laboratoire est déjà privé par le Code de la santé d’un exercice libéral. Donc le privé de poursuivre ses études supérieures, revient juste, à le maintenir dans son état d’employé, bref, faire de lui un esclave du système sanitaire.  

Des inquiétudes

Selon les candidats et aspirants, la décision en elle-même suscite nombre d’inquiétudes, dans la mesure où il ne fallait même pas lancer un appel à candidature pour un master qu’on veut fermer.

Autres inquiétudes et pas des moindres suscitées par la démarche, est de savoir si la 2ème Vice-Présidente qui demande la fermeture du master est au-dessus du Président de l’UL qui l’avait ouvert ?, Que deviennent dans ce cas les 15.000 F que les candidats et aspirants retenus ont payé pour l’étude des dossiers ?, Quel est l’avenir de la recherche en biologie médicale au Togo? Pourquoi c’est seulement au Togo que ce blocus est instauré ?

Mieux, à qui profite la décision de fermer ce master ? Ce parcours n’est-il pas important au développement du Togo ? Autant d’interrogations qui pour l’heure ne trouvent pas de réponses.

Rectifier le tir

Pour les candidats et aspirants, la décision de fermer le master de recherche biotechnologie microbienne et cellulaire de l’ESTBA, s’apparente à une volonté de priver les populations quant à la qualité des prestations biomédicales. Mieux, de bloquer la promotion du secteur de la biologie médicale, de priver les étudiants en parcours licence de tout émergence dans la recherche et d’handicaper l’efficience du système de la santé au Togo. D’où la nécessité de rectifier le tir.

@gapola

Mail : thierryaffanoukoe@gmail.com

Tél : (00228) 92 42 51 78 / 97 85 10 60 : Pour vos reportages, annonces et publicités, contacter le service commercial de votre site Gapola.

« PRECEDENT
SUIVANT »

2 commentaires

  1. Merci pour toutes ces précisons. Il faut que nos autorités universitaire arrêtent de jouer avec l'avenir de la jeunesse

    RépondreSupprimer
  2. C'est toujours eux, si elle avait son enfant ou proche, elle devrait laisser passer. Oooh mon Dieu , l'avenir des jeunes ........

    RépondreSupprimer