Tél:+228 92 42 51 78
latest

1 juil. 2021

Vie chère: Kodjo Adédzé, le bouc-émissaire tout désigné



Le phénomène de vie chère reste une réalité qui exacerbe les conditions de vie des populations ces temps-ci. Au Togo comme partout ailleurs au monde, particulièrement dans les pays de la sous-région, le constat est le même. La crise sanitaire, identifiée comme la cause principale de tous les bouleversements, impose aux Etats des mesures jugées impopulaires destinées à résoudre les difficultés économiques. Le Gouvernement togolais a jugé bon, pour sa part, d’engager de graves décisions qui provoquent la flambée des prix sur le marché.


Pour créer l’antidote de la vie chère, des gouvernements travaillent dans une dynamique unitaire impliquant tous les départements concernés par la question. 

 

Chez nos voisins béninois, les populations crient leur ras-le-bol et en appellent au Président de la République, Patrice Talon. Seulement ici au Togo, des détracteurs, pour tirer sur Faure Gnassingbé, le Chef de l’Etat, feignent malicieusement de trouver en Kodjo Adédzé, Ministre du Commerce, de l'industrie et de la consommation locale, le bouc émissaire de toutes les conséquences sociales liées à la hausse des prix des produits de grande consommation.

 

Ce même Ministre, qui a déjà fait ses preuves à toutes les hautes fonctions qu’il a occupées jusque-là dans la République, est également visé par des accusations farfelues en série dans le fameux dossier de pétrolegate, pour le simple fait qu’il a pris la responsabilité de rompre avec les mauvaises pratiques à travers une réforme qui enrhume les voleurs de la République.


Des agissements que nos confrères du bimensuel La Symphonie ont traités dans leur dernière parution d’acharnement hallucinant et déraisonnable. A juste raison. On connaît très bien les ministères de tutelle des institutions qui ont décidé de la hausse des frais de péage, de l’instauration de la Taxe sur les véhicules à moteur, de la gestion peu efficace des stocks de l’ANSAT, entre autres, mais les Ministres concernés ne se sont jamais retrouvés dans une tempête médiatique. On se demande juste si ces derniers sont protégés par une immunité médiatique dont ne bénéficie pas le Ministre Adédzé. Posons-nous des questions intelligentes pour situer effectivement où se loge le mal togolais.


@gapola

Mail : thierryaffanoukoe@gmail.com     

Tél : (00228) 92 42 51 78 / 97 85 10 60 : Pour vos reportages, annonces et publicités, contacter le service commercial de votre site Gapola.   

« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire