Tél:+228 92 42 51 78
latest

22 sept. 2021

Dodo Cosmetics : Quand 150 ouvriers risquent leur emploi par faute d’un collège de délégués



Depuis le 13 septembre 2021, et à la demande du collège des délégués du personnel, cent cinquante (150) ouvriers ont cessé le travail à Dodo Cosmetics. Si cette cessation de travail marque la solidarité des grévistes à trois (3) de leurs camarades qui font l’objet d’une mise à pied de 15 jours, parce qu’impliqués dans une affaire de vol de plomb, elle viole cependant, la Convention collective de la zone franche. Et comme telle, la Direction générale de Dodo Cosmetics entend faire appliquer la loi.

Tout a débuté le 25 août 2021, ou trois (3) ouvriers ont été mêlés à une affaire de vol de plomb qui sert à sceller les conteneurs avant leurs convoyages.

« Le transitaire après les formalités a déposé le plomb sur les plateaux du véhicule le temps d’aller chercher les douaniers en poste dans l’enceinte de Dodo Cosmetics. Mais avant son retour, l’on constate que le plomb a disparu », nous a confié John Laré, Directeur Administratif et Financier (DAF) de Dodo Cosmetics.

Face à la situation qui mettait en péril la sécurité des cargaisons, le Chef Personnel (CP) a informé le personnel de la disparition du plomb et a prié celui qui l’aurait pris de le ramener afin d’éviter tout problème avec la Direction.

En dépit de l’annonce, l’ouvrier fauteur n’a pas daigné réagir. Et c’est quand, il a été décidé de visualiser les vidéos des caméras de surveillance qu’une ouvrière a ramené le plomb déformé, qu’elle dit « avoir trouvé dans la cour » de la société.

Une contradiction

Seulement, les images des caméras de surveillance montraient que le plomb a été volé par un homme qui a opéré avec la complicité de deux autres ouvriers dont l’ouvrière qui a ramené le plomb. Ce qu’ils ont tous reconnu dans leurs notes d’explication.

Le point de discorde

Sur la base des preuves et suite à la lettre d’explication des mis en cause, la Direction générale de Dodo Cosmetics a décidé d’une mise à pied de 15 jours contre les fauteurs qui ont d’ailleurs refusé de s’exécuter sur ordre des délégués du personnel qui dénonce un vice de procédure dans la décision.

« On a eu à leur renvoyer la décision, les trois (3) ont refusé de les respecter. Conformément aux textes nous les avons convoqués pour un entretien qui devrait leur permettre d’exposer leur point de vue. A la veille de la rencontre, les délégués ont introduit un courrier pour dire qu’il y a un vice de procédure. Alors le jour de l’entretien, les trois employés s’étaient faits accompagner des délégués du personnel qui eux sont venus empêcher l’entretien sous prétexte qu’ils voulaient d’abord une réponse à leur courrier de la veille. Et ont demandé aux trois (3) employés sanctionnés de bouder l’entretien », a expliqué M. Laré.

Le début des débrayages

En effet, après ces couacs avec les trois (3) ouvriers, les délégués au nombre de huit (8), ont contre toute entente et en violation des restrictions du Gouvernement en cette période de Covid-19, appelé à une Assemblée Générale spontanée pour une cessation de travail.

« Sans informer la Direction, sans tenir compte des mesures de précautions sanitaires qui prévalent, les délégués ont motivé une bonne partie des ouvriers au nombre de 156 à ne pas travailler depuis le 13 septembre jusqu’aujourd’hui. Ils ont également refusé de répondre aux notes d’explications qui leurs sont envoyées », nous a indiqué M. Laré.

Bien qu’un huissier leurs a remis la lettre de demande d’explication, sept (7) des 8 délégués du personnel a toujours refusé de la prendre. Dans cet imbroglio, la Direction générale de Dodo Comestics compte appliquer la loi en se séparant de ces 150 ouvriers qui ont délibérément cessé le travail depuis le 13 septembre 2021.  

Nous reviendrons.

@gapola

Mail : thierryaffanoukoe@gmail.com       

Tél : (00228) 92 42 51 78 / 97 85 10 60 : Pour vos reportages, annonces et publicités, contacter le service commercial de votre site Gapola.

« PRECEDENT
SUIVANT »

4 commentaires

  1. Bsr le journal Gapola j'aimerais savoir est ce que le journal a puis discuter avec les délégués et les 3 ouvriers ?
    Le journal dit qu'on a volé un plonb
    J'aimerais savoir est ce que on fabrique le plonb a Dodo Cosmetic?
    Le plomb est un outil de travail qu'on peut laisser là où on veut.Un outil de travail on le garde soigneusement plus précisément un plomb
    L'ouvrier n'est pas un transitaire ou un Douanier pour connaître un plomb

    RépondreSupprimer
  2. Mentir c'est une chose qui arrive vite
    Mais la vérité c'est une chose qui arrive lentement
    Quoi qu'il arrive la vraie version va sortir
    Un ouvrier qui vient au boulot pour chercher son pain quotidien pour sa famille va voler un plomb pour faire quoi avec, ces ouvriers qui on travailler nuit et jour,sur le soleil et sous la pluie des années (5ans et d'autres 13ans)et c'est maintenant il va voler un plomb( dont il ne connaît mm pas) pour en faire quoi
    Le journal Ga

    RépondreSupprimer
  3. Tout ce que Laré venait de dire n'est qu'un Pure mensonge. D'un Laré était un comptable, devenu DAF (Directeur Administratif et Financier) et à la fois DRH (Directeur des Ressources Humaines),ce qu'il ne veut pas qu'on sache.L'affaire du plomb est ce qui suit : Il était environ 13h30,et on a annoncé la disparition d'un plomb et 5min après l'information est arrivé que c'est retrouvé.C'est étonnant que quelque chose soit volé et aussitôt annoncée est retournée par le voleur sans prendre de temps.Le malfaiteur cherche toujours des arguments pour ce faire entendre. .Y a t'il une société d'achat de plomb au Togo ? Montrez nous. S'il n'y a pas, à quoi servira t il ?

    RépondreSupprimer
  4. Moi je me demande comment on a des créatures monstrueuses comme cet LARE. A ton avis quesque la ces ouvriers qui ne connaissent même pas le plomb peut faire avec? Est-ce que les plombs disparaissent d'habitude ?et si oui qui est à la garde de ces plombs ? Soyez un peux humaniste et laisser que vos actions soient une bénéfices à vos enfants.

    RépondreSupprimer