Tél:+228 92 42 51 78
latest

30 oct. 2021

Togo : Les magistrats s’opposent aux circulaires du garde des Sceaux



L’Union Syndicale des Magistrats du Togo (USYMAT) désapprouve les circulaires du 14 et 25 octobre 2021, de Puis Agbétomey, ministre de la Justice et de la légalisation. Selon les magistrats, les injonctions du garde des Sceaux violent le nouveau Code de procédure civile et la loi fixant statut des magistrats modifiée par la loi organique N°2013-007 du 25 février 2013.

En effet, le 14 octobre 2021, M. Agbétomey par une circulaire demandait aux magistrats de procéder préalablement à une enquête sommaire avant toute délivrance d’ordonnance de cessation de travaux. A défaut, d’exiger un constat fait par un huissier de justice autre que celui du requérant.

Par une autre circulaire du 25 octobre 2021, les procureurs généraux près les Cours d’appel et les procureurs près les tribunaux, sont appelés par le garde des Sceaux à s’assurer du respect des exigences avant toute ordonnance.

En référence aux différentes instructions, l’Union Syndicale des Magistrats du Togo (USYMAT) a saisi par courrier vendredi 29 octobre 2021, le ministre de la Justice et de la législation, pour des observations sur ses circulaires.

Pour Adamou Békéti, président de l’USYMAT et avocat général près de la Cour suprême, les juges ne sont pas suffisamment protégés sur leurs lieux de travail ni lors des transports ordinaires sur les terrains en litige.

« Ainsi demander davantage aux présidents de tribunaux et des cours d’appel de se transporter en amont sur les chantiers en vue de procéder à des enquêtes serait faire d’eux des chairs canons », fait-il constater.

Dans sa circulaire, le ministre demandait aussi que les frais de déplacement et d’enquête soient imputés aux requérants. Mais pour l’USYMAT, il s’agit d’une demande qui engendrerait trop de frais au requérant.

« Les juridictions ne sont pas dotées de matériel roulant. Le requérant desdites ordonnances sera tenu au paiement des frais de transport de juridiction (greffiers, traducteurs au besoin, chauffeurs) sur les lieux de cause. En mettant à la charge du requérant, auquel le coût du premier procès-verbal de constat d’huissier est déjà suffisamment éprouvant, le juge alourdit manifestement ses charges financières au mépris du caractère normalement gratuit de la justice », fait remarquer le syndicat.

Mieux, constate-t-il, que les diverses mesures risquent de retarder la délivrance des ordonnances de cessation de travaux et rendre inutile les investigations pouvant être à profit de l’auteur des travaux.

« Les mesures d’investigations prescrites sont juridiquement incompatibles avec l’ordonnance censée être prise à pied de requête et vide de tout son sens la célérité attachée par le législateur à ces mesures », relève les magistrats.

Rappelons que M. Agbétomey avait pris les deux circulaires pour mettre fin aux dérives des magistrats.

@gapola

Mail : thierryaffanoukoe@gmail.com       

Tél : (00228) 92 42 51 78 / 97 85 10 60 : Pour vos reportages, annonces et publicités, contacter le service commercial de votre site Gapola. 

« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire