Tél:+228 92 42 51 78
latest

23 oct. 2021

UITA-Togo forme les femmes syndicalistes sur la prise de parole



La prise de parole est d’une importance capitale dans la lutte syndicale. Samedi 23 octobre 2021 à Lomé, l’Union Internationale des Travailleurs et Travailleuses de l’Alimentation, de l’Agriculture, de l’Hôtellerie-restauration, catering, du tabac et des branches connexes (UITA-Togo), a formé ses membres et affilés sur la thématique, pour plus d’impact dans leurs prises de parole.

Initiée par la Coordination Projet-Femme UITA-Togo, la formation qui a particulièrement ciblée les femmes syndicalistes membres et affiliées de l’Union, vise à les outiller dans leurs prises de parole.

L’importance de l’atelier

Placé sous le thème : « Mettre plus d’impact dans nos prises de parole », l’atelier est axé sur les stratégies de communication, les éléments qui garantissent le succès de la prise de parole et comment choisir le message à véhiculer.

Pour Emilie Viho, Coordonnatrice Projet-Femme UITA-Togo, la formation renforcera le rôle des femmes dans les organisations.

« Les femmes doivent connaître les techniques de la prise de parole. Elles doivent pouvoir défendre leurs droits quand l’occasion se présente, bien s’exprimer afin d’obtenir le résultat escompté grâce à l’impact de leurs prises de parole », a-t-elle expliqué.

En effet, une communication n’est bonne, que lorsque l’interlocuteur arrive facilement à saisir les idées véhiculées. Et parce que les syndicalistes sont appelés à prendre la parole, à se faire attendre, il urge plus d’impact dans leurs interventions.

Pour Yawovi Bissililiou Alawoe, Coordonnateur des Projets UITA-Togo, la formation permet de savoir prendre la parole, mais d’autre part, de savoir atteindre l’auditoire lors des prises de parole car la non-maîtrise des techniques d’une prise de parole ne permet pas d’atteindre les objectifs assignés.



Une nécessité

Selon Djani Kossiwa Mawunyo, Formatrice et Président de l’Association les Chrysalides d’Afrique, la formation est d’une importance capitale.

« Les syndicalistes sont d’abord des hommes et des femmes qui communiquent. Ils sont souvent amenés à faire des plaidoyers et à communiquer avec des personnes pour des objectifs spécifiques. D’où le devoir de renforcer leur capacité afin de les préparer à la prise de parole pour plus d’impact », a-t-elle déclaré.

Pour Mme Djani, les femmes ont plus besoins de ladite formation parce qu’elles sont souvent privées de parole dans nos sociétés.

« Pendant longtemps, la femme africaine a été sevrée de parole. Et maintenant que les opportunités s’offrent à elle, il faut qu’elle se prépare parce qu’elle n’était pas habituée. Pour cela, je remercie l’UITA-Togo de nous avoir associé à cette formation », a-t-elle indiqué.

Rappelons que la formation a regroupé les membres du SYNIAT, du SYNTEB et bien d’autres syndicats du domaine de l’agriculture, de l’alimentation, de l’hôtellerie et des branches connexes.

Caleb AKPONOU

@gapola

Mail : thierryaffanoukoe@gmail.com       

Tél : (00228) 92 42 51 78 / 97 85 10 60 : Pour vos reportages, annonces et publicités, contacter le service commercial de votre site Gapola.  

« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire