Tél:+228 92 42 51 78
latest

25 nov. 2021

L’OMS préoccupée par l’utilisation anarchique des antibiotiques



La représentation nationale de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), a marqué mercredi 24 novembre 2021 à Lomé, la semaine mondiale de lutte contre la Résistante aux antimicrobiens (RAM) par une conférence publique. Occasion pour Fatoumata Binta Tidiana Diallo, représentante de l’OMS de revenir sur les effets néfastes de l’utilisation anarchique des antibiotiques. 

D’ici à 2050, l’utilisation anarchique des antibiotiques pourront créer plus de dix (10) millions de morts. Face à ce chiffre effarent, il est donc consacré une semaine mondiale pour lutter contre la Résistance aux antimicrobiens (RAM).

Placés sous le thème : « Sensibiliser, arrêter la résistance » avec slogan : « Antimicrobiens : Manipulation avec précaution », les activités de la célébration ont été lancées mercredi par Fatoumata Binta Tidiana Diallo, représentant de l’OMS au Togo.

Pour Mme Diallo, plus on utilise les antimicrobiens, plus il y a de probabilités que les micro-organismes développent une résistance, et en cas de mauvaise utilisation et d’abus, le processus est accéléré, d’où la nécessité d’une prise de conscience.

« La prise de doses incorrectes, ou encore l’administration d’un antimicrobien à la mauvaise fréquence ou pendant une durée insuffisante ou excessive sont des exemples de mauvaise utilisation », a-t-elle relevé avant d’ajouter : « Avec les RAM, les traitements standards deviennent inefficaces et on a tendance à augmenter les doses avec comme conséquences la persistance des infections mais aussi des intoxications avec une issue fatale ».

Les initiatives de lutte au Togo

Pour Prof Salou Mounerou, professeur de microbiologie à l’Université de Lomé, la lutte contre le phénomène au Togo est multisectorielle.

« L’approche contre le phénomène est multisectorielle. Donc aujourd’hui, il faut rédiger un plan national pour mener des activités de lutte. Mais depuis 2 à 3 ans, les pharmaciens à chaque réunion discutent de la question et les antibiotiques ne sont plus vendus dans les pharmacies sans ordonnance », a-t-il relevé.

Au niveau du ministère de la santé, les efforts déployés sont aussi légions.

« Au niveau du ministère de la santé, il y a aujourd’hui la désignation d’un point focal qui s’occupe de la question liée à la RAM. Aussi l’on note la désignation d’un laboratoire de référence, qui est chargé de recueillir les informations sur la résistance. Et depuis 2017, ce laboratoire organise régulièrement des activités de bons usages des antibiotiques », a déclaré Prof Salou avant d’ajouter : « La première cause de la résistance aux antimicrobiens, c’est l’utilisation anarchique. Les gens voient les antimicrobiens comme un fortifiant. Mais malheureusement, les antibiotiques sont des substances utilisées pour lutter contre ces batteries et l’utilisation anarchique ne peut que causer d’autres problèmes ».

@gapola

Mail : thierryaffanoukoe@gmail.com       

Tél : (00228) 92 42 51 78 / 97 85 10 60 : Pour vos reportages, annonces et publicités, contacter le service commercial de votre site Gapola. 

« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire