Tél:+228 92 42 51 78
latest

6 nov. 2021

Prof Kokoroko : "Les grèves illégales sont sanctionnées par la loi"

Prof Dodzi Komla Kokoroko


Le ministre des Enseignements primaire, secondaire, technique et de l’artisanat a expliqué vendredi 05 novembre 2021, ce qui a motivé sa décision mettant fin aux fonctions de 1192 directeurs d’établissements du préscolaire et primaire public. Sur la TVT, Prof Dodzi Komla Kokoroko appelle les enseignants au dialogue et à dépassionner le débat de la question éducative qui est un bien trop précieux pour être laissé aux amateurs.

En effet, par arrêté du 04 novembre 2021, Prof Kokoroko a mis fin aux fonctions de 1192 directeurs d’écoles primaires publiques et a instruit les directeurs régionaux de l’éducation pour leur redéploiement en qualité de chargé de classe dans une école primaire publique.

Pour le ministre, la question de l’éducation est trop précieuse et doit être abordée avec un peu plus de sérieux. D’où l’engagement du gouvernement a gratifié les enseignants en cette période de covid-19, pour l’amélioration de leur condition de vie et une éducation qualitative au Togo.

« La gratification juridiquement est une libéralité de nature bénévole que l’employeur met à la disposition des employés. Et sa mise en œuvre ou son opposabilité convoque un certain nombre de conditions, lesquelles ne sont pas encore réunies », a-t-il expliqué.

Pour Prof Kokoroko, la décision prise concernant les 1192 directeurs d’écoles n’est que l’application des lois en vigueur au Togo.

« Le droit de grève s’exerce conformément aux dispositions en vigueur et le Togo est un pays de droit. Sur ce point, nous appliquons les règles et dispositions en vigueur. Un chef d’établissement qui désobéit aux instructions tombent sur le coup de la loi », a rappelé Prof Kokoroko avant d’ajouter, « les conséquences à tirer sont que les grèves illégales sont sanctionnées par la loi ».

Le dialogue, une priorité du gouvernement

Pour les ministères des enseignements et du dialogue social, le dialogue reste la priorité du gouvernement pour trouver des solutions durables et reformer de façon structurelle l’éducation au Togo.

« La doctrine du ministère des enseignements et du ministère de la fonction publique et du dialogue social reste le dialogue. Et c’est dans ce sens que, nous avons reçu dans la semaine tous les syndicats y compris la FESEN. Nous sommes revenus sur les acquis et faiblesses de l’éducation car elle reste une priorité. La gratification est une promesse et le gouvernement n’entend pas revenir là-dessus car il voudrait accompagner les enseignants pour leur exemplarité dans la période du covid-19 », a-t-il indiqué avant d’ajouter : « Il n’y a pas de problème dans le secteur éducatif. Il est juste question de rappeler à ceux qui ne veulent pas respecter les lois, d’assumer leur responsabilité. Nous voulons régler le problème de l’éducation en tenant compte de nos réalités. Et les portes du dialogue sont toujours ouvertes pour des débats constructifs ».

Rappelons que de nouveaux directeurs sont nommés à la place de ceux démis de leurs fonctions.

Caleb AKPONOU

 @gapola

Mail : thierryaffanoukoe@gmail.com       

Tél : (00228) 92 42 51 78 / 97 85 10 60 : Pour vos reportages, annonces et publicités, contacter le service commercial de votre site Gapola.  

« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire