Tél:+228 92 42 51 78
latest

15 mars 2022

Code de conduite : Ces risques encourus par un enseignant en grève illicite



Désormais, un code de conduite régit les établissements scolaires et centres de formation publique au Togo. Ce code institué par arrêté interministériel du Prof Komla Dodzi Kokoroko et de Gilbert Bawara, respectivement ministre des Enseignements et de la Fonction publique réglemente l’environnement scolaire et les comportements des professionnels du secteur éducatif.

Pris depuis le 24 février 2022, l’arrêté définit l’objet et champ d’application de la conduite à tenir par le personnel, les valeurs morales et attitudes communes requises, les comportements interdits, les obligations spécifiques, les sanctions et les dispositions finales.

Le Champ d’application

Le code de conduite en vigueur s’applique à tout le personnel enseignant, administratif ou d’encadrement en service dans un établissement scolaire ou dans un centre de formation publique.

Il prend entre autres en compte, la bonne moralité, la ponctualité et l’assiduité au travail, l’amabilité et l’attention, l’accessibilité et la disponibilité du personnel.

Il proscrit l’indécence à caractère politique, religieux, publicitaire ou autre incompatible avec les valeurs et principes régissant le milieu scolaire.

Aussi, le prosélytisme, l’absence au poste sans autorisation, les discriminations, les menaces sur les apprenants, la vente ou la consommation d’alcool est bannie.

Sont également interdits, les relations amoureuses ou sexuelles avec tout agent enseignant administratif, d’encadrement ou d’apprenant et l’acception ou sollicitation d’un avantage financier.

En termes d’obligation spécifique, tout agent d’un établissement scolaire ou d’un centre de formation publique est tenu de ne participer à des réunions à caractère politiques, de n’observer ou d’entretenir tout mouvement de grève illicite, de n’inciter les apprenants à la désobéissance ou d’exercer toute violence physique, verbale ou propos injurieux, diffamatoire et calomnieux contre l’autorité éducative.

Les sanctions

En cas de désobéissance des dispositions en vigueur, le personnel fautif cours plusieurs sanctions disciplinaires.

Ces sanctions prennent entre autres en compte, la mise sous ordre lorsqu’il s’agit d’un chef d’établissement, la suspension du corps des fonctionnaires de l’enseignement pour une durée ne pouvant excéder quatre (4) ans, l’exclusion du corps des fonctionnaires de l’enseignement avec perte des avantages qui s’y attachent.

Et lorsque les faits reprochés à l’auteur sont constitutifs, l’auteur est passible de poursuite judiciaire selon les dispositions de l’article 10 de l’arrêté interministériel. 

Par ailleurs, les enseignants sont tenus de s’engager par écrit pour le respect des dispositions en vigueur.

@gapola

Mail : thierryaffanoukoe@gmail.com       

Tél : (00228) 92 42 51 78 / 97 85 10 60 : Pour vos reportages, annonces et publicités, contacter le service commercial de votre site Gapola. 

« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire