Tél:+228 92 42 51 78
latest

7 mars 2022

Extrémisme violent et Djihadisme : Des recommandations pour renforcer la lutte

Prof Robert Dussey


Le Colloque international sur la transition politique et la lutte contre le terrorisme au Sahel et en Afrique de l’ouest a pris fin dimanche 06 mars 2022, à Lomé. Des deux jours de réflexions scientifiques, des recommandations ont été faites aux Etats et gouvernements sur la question.

Organisé par le ministère des Affaires étrangères, de l’intégration régionale et des Togolais de l’extérieur, le Colloque international de Lomé, a durant deux (2) permis de ressortir des propositions devant renforcer la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent sur le continent.

Considérant l’extrémisme violent comme un phénomène multiforme qui échappe à une définition claire, mais qui consiste à mettre en place un système fondé sur des discours d’intolérance, le colloque a invité les gouvernants à prendre des mesures contre le phénomène.

Ainsi propose-il de renforcer les moyens stratégiques et de gouvernance économique dans les Etats et les stratégies de gouvernance constitutionnelle et politique dans la perspective de lutter efficacement contre le phénomène.

En cas d’extrémisme violent dans les différents politiques, le colloque propose la diversification des collaborations avec tous les acteurs au niveau national comme international.

Aussi, de restructurer et mettre en place des stratégies et agendas au niveau des institutions internationales qui calquent sur les agendas de la gouvernance et politique des Etats et de gouvernement.

Autre proposition du Colloque, c’est le renforcement de la gouvernance transfrontalière entre les Etats en proie aux extrémismes violents.

Un forum voulu par le Chef de l’Etat

Selon Prof Robert Dussey, ministre des Affaires étrangères, de l’intégration régionale et des Togolais de l’extérieur, il s’agit d’un colloque voulu par le Chef de l’Etat.

« Ce colloque est voulu par le Président Faure Gnassingbé qui en réunissant les experts, veut contribuer à comprendre et à résoudre la question liée aux transitions politiques en situation d’extrémisme violent. Nous ne pouvons pas nous taire quand nos populations sont victimes de barbarie et d’exactions », a-t-il indiqué.

Ainsi, les conclusions du Colloque mettent en exergue le besoin de crédibiliser davantage les institutions politiques, le rôle essentiel des leaders religieux et d’opinions, de la société civile et d’autres composantes de la société. 

Comment gérer les transitions politiques ?

Selon Prof Fabrice Harquebie, professeur de droit constitutionnel à l’Université de Bordeaux, il faut trouver le juste milieu dans la gestion des transitions politiques.

« Toutes les transitions sont des moments d’incertitude et il faut être très attentif à la conduite. Il faut éviter de se limiter sur la question de la durée et tirer toutes les conséquences sur le contenu de la transition pour éviter qu’elle ne soit trop longue mais qu’on n’aille pas trop vite vers des élections au risque de rechuter », a-t-il précisé.

A Lomé, les réflexions ont permis d’orienter le débat sur la manière d’envisager la transition politique.

« Les débats ont été orientés sur comment envisager l’accompagnement des transitions politiques dans un contexte de sécurité dégradé avec la menace terroriste et d’extrémisme violent », a rappelé Dr Yabi Olakunle Gilles.

Rappelons que les recommandations du Colloque feront objet de réflexions dans le cadre de la Conférence de haut niveau qui se tiendra en avril 2022 à Lomé.

Caleb AKPONOU

@gapola

Mail : thierryaffanoukoe@gmail.com       

Tél : (00228) 92 42 51 78 / 97 85 10 60 : Pour vos reportages, annonces et publicités, contacter le service commercial de votre site Gapola. 

 

 

« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire