Tél:+228 92 42 51 78
latest

30 mars 2022

Kodjo Adédjé : "Malgré les nouvelles hausses, les produits pétroliers restent toujours subventionnés"



Le gouvernement a réajusté lundi 28 mars 2022, les prix des produits pétroliers à la pompe. Qu’est-ce qui justifie ces nouvelles hausses ? Quelles sont les dispositions prises pour accompagner les populations ? Les produits pétroliers sont-ils toujours subventionnés ? Ce sont entre autres questions auxquelles, le gouvernement a répondu mardi 29 mars 2022, à Lomé, au cours d'une conférence de presse.

Par arrêté interministériel, le gouvernement a réajusté lundi, les prix des produits pétroliers à la pompe. Ainsi, le super sans plomb vendu à 505 FCFA passe à 595 FCFA, soit une augmentation de 90 FCFA. Le Gaz Oïl passe de 520 FCFA à 605 FCFA, soit une hausse de 85 FCFA tandis que le pétrole lampant de 520 FCFA passe à 550 FCFA soit une augmentation de 90 FCFA. Dans l’ensemble, les nouveaux tarifs consacrent une hausse moyenne de 30% par rapport aux anciens.

Pour le gouvernement, ces nouvelles hausses se justifient par le contexte mondial marqué par la crise sanitaire de covid-19 et surtout, la guerre entre la Russie et l’Ukraine deux pays producteurs de pétrole.

Aussi, le prix du baril de pétrole est passé de 18 dollars en 2018 à 110 dollars en 2021.  

«Nous avons toujours subventionné les prix des produits pétroliers. Les subventions sont faites de manière à permettre aux populations d’acheter les produits pétroliers à un prix bas. Malgré les nouvelles hausses, les produits pétroliers restent toujours subventionnés et l’Etat déboursera en moyenne 40 à 50 milliards FCFA pour maintenir les tarifs actuels », a expliqué Kodjo Adédjé, ministre en charge du Commerce.

Des initiatives pour accompagner les populations

Face à l’augmentation des prix des produits pétroliers, le gouvernement prévoie des mesures d’accompagnement.

« Nous allons mettre en œuvre des mesures d’accompagnement. Nous irons également vers le plafonnement des prix des produits. Aussi, dans les jours à venir, nous allons agir sur les Taxes sur les Véhicules à Moteur (TVM) pour que les tarifs de transport ne puissent pas augmenter de façon exagérée », a promis Affoh Atcha-Dédji, ministre des transports routier, ferroviaire et aérien.

Pour Prof Akodah Ayéwouadan, ministre de la Communication, des dispositions sont prises pour que ces mesures entrent en vigueur les jours à venir et pour qu’elles soient réellement appliquées.

Caleb AKPONOU

@gapola

Mail : thierryaffanoukoe@gmail.com       

Tél : (00228) 92 42 51 78 / 97 85 10 60 : Pour vos reportages, annonces et publicités, contacter le service commercial de votre site Gapola. 

 

 

 

« PRECEDENT
SUIVANT »

1 commentaire