Tél:+228 92 42 51 78
latest

23 mars 2022

La DRI ouvre le débat sur la restitution des biens culturels du Togo



La Conférence d’Actualité a débattu mardi 22 mars 2022, à l’Université de Lomé, de la restitution des biens culturels du Togo. Organisée par la Direction de Recherche et de l’Innovation (DRI), les réflexions ont porté sur le bilan à mi-parcours d’un projet de recherche scientifique sur la question.

Présentée par Dr Azamede Kokou, Maitre Conférencier à l’Université de Lomé, la recherche a porté sur « La question de la restitution des biens culturels du Togo en Allemagne : Bilan à mi-parcours d’un projet de recherche scientifique ».

Pour l’Enseignant chercheur, la question de restitution des biens culturels revêt une importance capitale, mais nécessite des démarches préalables et des préparations en amont.

« A mi-parcours de nos recherches, il faut retenir qu’il existe effectivement en quantité, des biens culturels du Togo dans les musées allemands. Mais la question de la restitution, commence par se poser parce qu’elle ne peut que se faire à partir du moment où il est prouvé que ces biens culturels existent dans ces musées allemands », a-t-il indiqué.

Quid des biens culturels du Togo

En effet, les biens culturels du Togo à l’étranger, sont à la fois matériel et immatériel. Et parmi eux, l’on relève des objets d’art, des restes humains, d’animaux et bien d’autres.

« S’il est prouvé que ces objets appartenant au Togo n’ont pas leur place là où ils sont actuellement, c’est tout à fait normal qu’on les fasse revenir au pays. Mais la procédure consiste à être sûr des recherches de provenances. Cela veut dire que c’est les communautés qui prennent attache avec l’Etat. Et de là, ça devient des négociations d’Etat à Etat ou de communautés à communautés », a-t-il déclaré.

Selon Prof Joseph Tsigbé, directeur de la DRI, la question de rapatriement de biens culturels est d’actualité dans plusieurs pays, d’où la nécessité de savoir où en est le Togo.

« Nous nous sommes approchés des structures de recherches par rapport à la thématique. Et nous sommes tombés sur une recherche. La recherche a suffisamment évolué et il fallait la partager avec la communauté universitaire et non universitaire. D’où cette conférence », a-t-il expliqué.

Pour Prof Tsigbé, les universitaires ne disent pas que l’Allemagne doit restituer les biens culturels du Togo, puisque le pays a été colonisé par plusieurs puissance. Aussi soutient-il que que les travaux ne représentent qu'un pan de recherche.

La conférence marquée par la présence des universitaires, des membres du gouvernement, des parlementaires et autres acteurs, a permis de recueillir des apports des uns et des autres pour étoffer la recherche et faire évoluer les choses.

Caleb AKPONOU

@gapola

Mail : thierryaffanoukoe@gmail.com       

Tél : (00228) 92 42 51 78 / 97 85 10 60 : Pour vos reportages, annonces et publicités, contacter le service commercial de votre site Gapola.

« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire