Tél:+228 92 42 51 78
latest

19 mars 2022

Prof Kokoroko : "Le gouvernement n’a pas la prétention d‘empêcher les syndicats d’exercer"

Prof Komla Dodzi Kokoroko


Le gouvernement travaille à redorer l’image du secteur de l’éducation togolaise. Jeudi 17 mars 2022, sur Kanal Fm, Prof Komla Dodzi Kokoroko, ministre des Enseignements primaire, secondaire, technique et de l’artisanat est revenu sur le code portant conduite du corps enseignant, le décret relatif à la représentativité des syndicats professionnels et à l’exercice de droit de grève et surtout sur les réformes en cours pour une école normale et efficace au Togo.

En effet, depuis des mois, les réformes et initiatives visant à assainir le secteur de l’éducation et à mieux régir le fonctionnement des institutions et organisations de l’éducation n’en manquent pas au Togo. 

Au centre de la sortie médiatique du Prof Kokoroko, l’arrêté interministériel portant code de conduite du corps enseignant, le décret relatif au fonctionnement du syndicat et sa représentativit²é et la légalité ou non du Syndicat des Enseignants du Togo (SET).

Pour Prof Dodzi Komla Kokoroko, le SET se doit de se conformer aux dispositions en vigueur au Togo.

« Le gouvernement n’a pas la prétention d’empêcher les syndicats de se constituer ou encore d’exercer.  Si le SET remplit les conditions en vigueur, nous ne trouvons pas d’inconvénient à son existence », a déclaré le ministre.

Qu’en est dit-il de la grève du SET ?

Par rapport à la grève des 25 et 26 mars prochains du SET, Prof Kokoroko reste serein et évoque l’illégalité du mouvement.

« Selon les dispositions en vigueur, les grèves illégales sont interdites au Togo. Les choses sont claires. Je reste serein et j’invite les parents à envoyer leurs enfants à l’école les 25 et 26 mars », a-t-il lancé.

Quid du code de conduite des enseignants

Selon Prof Kokoroko, le code à la base de l’arrêté interministériel portant conduite à tenir dans le monde enseignant, n’est qu’une convocation du statut particulier des enseignants.

« Les mesures prises sont des dispositions assez normales qui doivent régir toute institution qui a vocation à régir l’avenir de nos enfants et de notre pays. Sur ce code, certains ont juste vu des sanctions prévues. Mais en réalité, il s’agit d’un texte assez protecteur qui passe en revue un certain nombre de dysfonctionnements constatés dans le secteur éducatif et qui doit prendre fin pour que l’école retrouve sa normalité et son efficacité », a-t-il précisé. 

Selon le ministre le gouvernement reste attentif aux revendications dans le secteur éducatif.

« Quand vous rentrez à diplôme égal dans la fonction publique, ceux qui empruntent le chemin de l’école et deviennent enseignants, sont mieux classer que ceux qui rentrent dans l’administration classique. La prime spécifique des enseignants est une réalité. Les cinq (5) milliards de gratification exceptionnelle que le gouvernement a décidé, prennent en compte les enseignants fonctionnaires, les enseignants bénévoles et ceux du confessionnel. Aujourd’hui, il s’agit de progresser par palier en fonction des marges dont nous disposons, pour faire en sorte que l’école ne redevienne ce qu’elle était », a-t-il expliqué.

Rappelons que le 20 décembre 2021, Prof Komla Dodzi Kokoroko a lancé les travaux de construction et de réhabilitation des salles de classe dans toutes les régions éducatives du Togo.

@gapola

Mail : thierryaffanoukoe@gmail.com       

Tél : (00228) 92 42 51 78 / 97 85 10 60 : Pour vos reportages, annonces et publicités, contacter le service commercial de votre site Gapola. 

 

« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire