Tél:+228 92 42 51 78
latest

1 avr. 2022

Togo : Sani Yaya annonce une croissance de 6,1% en 2022



Sani Yaya, ministre de l’Economie et des finances a présidé jeudi, la 1ère réunion de l’année du Conseil National de Crédit (CNC). La réunion a été consacrée à la situation économique du Togo, à l’analyse des avancées et défis à relever pour une économie forte et résiliente.

Des perspectives économiques du Togo, il ressort que le rythme de progression de l’activité économique devrait s’accélérer pour atteindre 6,1% en 2022, contre 5,3% en 2021.  

« Cette reprise accélérée de l’activité économique s’accompagne malheureusement de la hausse du niveau général des prix au plan mondial où le taux d’inflation avoisine 9% dans certains pays avancés », fait constater M. Yaya.

En effet, la progression du financement de l’économie et de l’évolution du secteur financier au Togo, se décline à quatre (4) niveaux.

Le premier point positif porte sur la progression des concours bancaires. Il se caractérise par une hausse au niveau du montant sur l’économie de 9% pour atteindre 1.425 milliards fin décembre 2021, un record depuis 5 ans.

Le deuxième point se rapporte au maintien des concours bancaires à l’Etat, essentiellement à travers les titres publics. A ce niveau, le trésor a eu à mobiliser en 2021, un montant total de 557 milliards FCFA.

Autre point positif, est l’assainissement du portefeuille de crédit des banques et des SFD. Au niveau des banques, cette amélioration se caractérise par un taux de dégradation du portefeuille ressorti à 12% en 2022, contre 16% un an plus tôt.

Le dernier point positif, est relatif au maintien de la rentabilité du secteur bancaire qui révèle un résultat provisoire de 31 milliards FCFA en 2021, contre 17 milliards FCFA en 2020.

Les défis

S’agissant des défis, ils se structurent en cinq (5) points et sont relatifs à la baisse du coût de crédit, à la réduction des divers frais et commissions, à l’accompagnement des secteurs de l’agriculture et de l’habitat, à une mobilisation plus accrue de ressources par les Petites et Moyenne Entreprises à travers le dispositif PME et à la maitrise du risque de crédit bancaire.

Sur le dernier point, il ressort que le taux brut de dégradation du portefeuille de crédit des banques est demeuré relativement élevé. Il se positionne à 12% fin décembre 2021, contre une moyenne de 11% dans la sous-région.

« Je voudrais, à cet égard inviter, de nouveau, les établissements concernés à renforcer l’application stricte de leurs politiques et procédures de gestion du risque de crédit », a appelé M. Yaya.

Notons que la réunion a également connue la présence de Pré Simfétchéou ministre conseiller du président de la République et de Kossi Ténou, directeur national de la BCEAO.

@gapola

Mail : thierryaffanoukoe@gmail.com       

Tél : (00228) 92 42 51 78 / 97 85 10 60 : Pour vos reportages, annonces et publicités, contacter le service commercial de votre site Gapola. 

 

 

    

 

« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire