Tél:+228 92 42 51 78
latest

2 mai 2022

1er mai : Ces doléances portées par le SYNBANK



Comme tous les travailleurs, les employés des établissements financiers et des assurances ont fêté le 1er mai. A l’occasion, Joséphine Manawezoué Patassé, secrétaire général du Syndicat des employés et cadres de banques des établissements financiers et des assurances du Togo (SYNBANK) est revenu sur les efforts de la corporation malgré la situation de pandémie du Covid-19, les défis à relever et a formulé des doléances au gouvernement et aux employeurs.

Cette année, la célébration du 1er mai est une fois marquée par la pandémie du covid-19, l’entrée sur le marché bancaire du Togo, de la Banque pour le Développement (BDM), la modification de la composition du Bureau Exécutif du Comité des Assureurs du Togo (CAT) et le résultat bénéficiaire de toutes les institutions de la corporation à l’exception de la COOPEC Solidarité qui se trouve en administration provisoire.

« Malgré la crise sanitaire mondiale, les travailleurs de notre corporation se battent et continuent par se battre chaque jour pour relever les défis de rentabilité qui sont les leurs alors que le marché, bancaire et des assurances, est devenu de plus en plus concurrentiel », a rappelé Mme Patassé.

Les difficultés

Selon Mme Patassé, ces difficultés sont entre autres liées à l’absence des sièges ergométriques pour les employés ou la présence des sièges inadaptés entrainant des pathologies chez l’employé.

Aussi relève-t-elle le bilan de santé inadapté à la spécificité des métiers, la quasi absence de médecins dans la corporation et le recours aux sociétés de placement qui recrutent et mettent à disposition de certaines institutions des agents. Une situation qui créée des difficultés liées à des contrats et à la rémunération des intérimaires.

Autres difficultés et pas des moindres, est la non application de la convention collective dans sa globalité.

Face à la situation, la secrétaire générale appelle à des mesures d’accompagnement du gouvernement et des employeurs dont l’adoption d’une loi fixant les minimas et maximas entre les salaires des différents groupes, le respect des accords d’entreprise par tous les employeurs qui reprennent des entreprises existantes, le renforcement de la sensibilisation des patrons des Systèmes Financiers Décentralisés qui empêchent la création des syndicats au sein de leurs entreprises et la prise d’un arrêté fixant le types d’analyses médicales pour les bilans de santé.

Aussi demande-t-elle que les entreprises traitent particulièrement avec les médecins de travail en lieu et place des médecins généralistes et recherchent des solutions aux inégalités de salaires dans certaines institutions.

@gapola

Mail : thierryaffanoukoe@gmail.com       

Tél : (00228) 92 42 51 78 / 97 85 10 60 : Pour vos reportages, annonces et publicités, contacter le service commercial de votre site Gapola.

« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire