Tél:+228 92 42 51 78
latest

13 juin 2022

PAL : Les actions aux antipodes des réformes à décourager

Faure Gnassingbé, chef de l'Etat


Ces dernières années, les initiatives portées par l’Office Togolais des Recettes (OTR) ne manquent pas au Port Autonome de Lomé (PAL) pour un port plus compétitif. Si ces réformes à la fois, conjoncturelle et structurelle améliorent les performances de la plateforme portuaire du Togo, il n’en demeure pas moins que certains acteurs portuaires font des pieds et des mains pour saboter les résultats desdites réformes. 

Seul port en eau profonde de la sous-région et capable d’accueillir des navires de dernières générations, le Togo mise sur les réformes pour positionner son port en rang des plus performants et modernes sur le continent et dans le monde.

D’où, les initiatives qui allient innovation et modernisation des infrastructures, prestations et services du Port Autonome de Lomé (PAL).

Au nombre de ces réformes, la dématérialisation totale des services de la plateforme portuaire, une réforme qui permet au port d’être fonctionnel 24h/24 et 7/7, et d’accroitre la célérité des services et de limiter les tracasseries pour les acteurs portuaires.

Et pour faire du Togo un hub logistique de référence de la sous-région, selon l’axe 1 du Plan national de Développement (PND), un accent particulier est mis sur la sureté et sécurité au PAL.

Pour désengorger le PAL et accroitre la célérité de ses activités, le Port sec franc d’Adétikopé est rendu opérationnel, avec une capacité d’accueillir jusqu’à 120.000 conteneurs.

Aussi, les autorités togolaises ont engagé des investissements dans la modernisation des infrastructures et l’acquisition d’équipement de matériel de dernière génération pour optimiser les processus de gestion des trafics et procédures de traitement des marchandises au PAL.

Des résultats palpables

Comme impact direct, la durée de passage de marchandises est passée de 13,4 à 11,45 jours pour les conteneurs à destination du Togo et de 16,95 à 15,5 jours pour les conteneurs en transit.

Au niveau des navires en rade, l’on note une réduction de plus de 5h du temps d’attente passant d’un cumul de 27:42:09 à 22:30:20

De 2020 à 2021, l’activité a connu une hausse de 13,46% en passant de 25 974 211 à 29 470 695 tonnes. Dans la foulée, le trafic de transbordement qui a enregistré une croissance de 18,07 % est passé de 1.342.546 conteneurs 2020 à 1.585.101 conteneurs en 2021.

Pendant ce temps, le trafic de conteneurs passe de 1.725.270 conteneurs à 1.962.304 conteneurs, soit une progression de 13,74%.

En termes de recettes, les chiffres en disent longs. De 26. 765. 855.257 FCFA en 2017, les recettes ont atteint 34. 919. 565. 452 FCFA en 2021, selon les chiffres provisoires de la direction générale du PAL.

Aussi, depuis quelques années, le PAL grâce à ses réformes a réussi à se positionner au rang des 100 ports au monde.

Attention aux faux pas

Si les résultats témoignent des efforts engagés par le pays, les défis n’en demeurent pas moins. Au centre des difficultés, se trouve souvent des acteurs portuaires et pas des moindres aux antipodes des réformes engagées.

Et malgré la récrimination des usagers, les lignes semblent ne pas bouger créant quelques fois un désintéressement des usagers pour la plateforme portuaire de Lomé.

Mais aujourd’hui, il s’agit plus de prendre les difficultés à bras le corps pour permettre au pays de maintenir sa position et d’atteindre ses ambitions de hub logistique de la sous-région.

Et quand on sait que le Togo est en concurrence avec les ports du Ghana, de la Côte d’Ivoire et du Bénin, les actions de ces rebelles aux réformes doivent être découragées.  

Caleb AKPONOU

@gapola

Mail : thierryaffanoukoe@gmail.com       

Tél : (00228) 92 42 51 78 / 97 85 10 60 : Pour vos reportages, annonces et publicités, contacter le service commercial de votre site Gapola.

« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire