Tél:+228 92 42 51 78
latest

31 juil. 2022

JIFA : Apédoh-Anakoma parle de l’amélioration des conditions de la femme togolaise

Adjovi Lolonyo Apédoh-Anakoma


Adjovi Lolonyo Apédoh-Anakoma célèbre dimanche 31 juillet 2022, la femme togolaise en particulier et africaine en général. Face à la presse à l’occasion de la Journée Internationale de la Femme Africaine (JFA), la ministre de l’Action sociale, de la promotion de la femme et de l’alphabétisation est revenue sur l’historique de la célébration et les différentes actions du gouvernement visant l’améliorations des conditions de la femme togolaise. Lisez-plutôt !

Gapola : Pourquoi la journée panafricaine des femmes ?

Apédoh-Anakoma : La Journée internationale de la femme africaine (JIFA) existe depuis 1962. Elle a lieu le 31 juillet de chaque année. 31 juillet parce que, ce jour-là en 1962, des femmes de l'ensemble du continent africain s'étaient réunies pour la première fois à Dar Es Salam et avaient créé la toute première organisation dédiée aux femmes africaines: l'Organisation Panafricaine des Femmes. L’objectif poursuivi, était d'unir les forces, de travailler à l’amélioration significative des conditions de vie de la femme africaine et à son émancipation.

À la suite de la rencontre des femmes africaines à Dar Es Salam, la JIFA sera  promulguée par les Nations unies en 1962 avant d’être officiellement consacrée le 31 juillet 1974, lors du premier Congrès de l’Organisation panafricaine des femmes qui s'est tenu  à Dakar au Sénégal.

Quel est l’objectif de cette journée ?

L’objectif primordial de cette célébration, c’est de faire avancer les actions en faveur de l’égalité des genres et l’autonomisation des femmes. Chaque célébration est donc l’occasion pour les différents acteurs, et surtout les femmes elles-mêmes, d’échanger et d’agir ensemble, en renouvelant les plaidoyers à l’endroit des décideurs, pour une accélération dans la prise en compte des revendications qui concernent l’amélioration des conditions de vie et de travail des femmes africaines, de même que la reconnaissance pleine et effective de tous leurs droits.

Quel est le thème retenu cette année ?

Le thème proposé cette année par l’organisation panafricaine des femmes(OPF) est intitulé : « femmes africaines, actrices clé de la sécurité alimentaire et nutritionnelle ». Face aux chocs actuels que constituent la covid-19 et le phénomène de la vie chère, et, au moment où le continent africain est frappé de plein fouet par un renchérissement du prix du blé et des intrants, et qu’une sécheresse d’une gravité inédite accable certaines régions, la question du soutien à accorder aux femmes travaillant dans le secteur agricole se pose avec acuité, en vue de renforcer la résilience des populations.

L’adaptation de ce thème à  notre contexte local actuel fait référence à tous les efforts entrepris pour promouvoir et renforcer le pouvoir économique des femmes dans notre pays ; d’où le thème national que nous avons retenu à savoir :

 « L’autonomisation économique de la femme au Togo : obstacles et défis ».

Le choix de ce thème national répond aux préoccupations de l’heure, conformément aux objectifs de  la feuille de route gouvernementale. Il est en adéquation avec les actions entreprises par le gouvernement par le biais des mécanismes financiers mis en place pour une autonomisation économique et effective des femmes qui constituent, à bien des égards un levier de croissance économique, pour un développement inclusif, durable, créateur d’emploi décent, et induisant l’amélioration du bien-être social

Nous savons tous, la contribution des femmes togolaises à l’économie du pays, surtout celles qui opèrent dans le secteur agricole, est assez remarquable. Elles jouent un rôle prépondérant dans l’agriculture donc contribuent la sécurité alimentaire. Omniprésentes dans la chaine des valeurs agricoles, elles excellent dans les secteurs de production où elles représentent 53,46% des actifs agricoles et 43% des transformatrices des biens. Cette célébration nous donne donc l’occasion de réitérer la volonté du  Gouvernement à continuer d’œuvrer pour l’autonomisation de toutes les femmes, en vue de leur permettre d’apporter leur pleine contribution à la réalisation des objectifs du PND et de la feuille de route gouvernementale  pour le bien de tous.

Quelles sont alors les actions menées par le gouvernement à l’endroit des femmes dans le contexte de cette journée?

Tout d’abord, il faut reconnaître que les droits des femmes en Afrique grâce à cette journée ont connu une amélioration importante. Plusieurs états ont mis en place des instruments pour apporter une protection certaine à la femme. Il est en de même pour les grandes institutions continentales et régionales (CEDEA0).

Nous pouvons  citer entre autres :

  • le protocole additionnel à la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des peuples relatifs aux droits des femmes en Afrique, communément appelé « Le Protocole de Maputo », adopté le 11 juillet 2003 par l’Union Africaine à Maputo, au Mozambique et entré en vigueur en novembre 2005.
    l'Acte additionnel relatif à l’égalité de droits entre les femmes et les hommes pour le développement durable dans l’espace CEDEAO, adopté le 19 mai 2015 au
    Ghana .

Bien Entendu, le Togo qui fait partie de ces entités, a de son côté renforcé son cadre juridique et institutionnel, de manière à améliorer les conditions des femmes. C’est le lieu de rendre hommage au Chef de l’Etat, son excellence Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE, grâce à qui, plusieurs mesures concrètes ont été prises, spécifiquement dans le domaine de l’autonomisation économique. On peut citer entre autres:

La mise en place :

-          Du ministère de l’inclusion financière, chargé de développer des stratégies de financement pour l’accès des femmes aux microcrédits assurés par les institutions de microfinance (IMF), par la création d’un Fonds national pour la finance inclusive (FNFI), dont le premier produit lancé est « l’accès des pauvres aux services financiers (APSEF) ».

-          Nous avons le PAEIJ-SP pour l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes

De nouveaux textes ont été adoptés ou révisés en faveur de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes entre autre

-          La loi n°2018-005 du 14 juin 2018 portant code foncier et domanial ; 

A cela s’ajoutent des actions stratégiques, programmatiques et opérationnelles comme :

ü  la mise en œuvre successive du Programme National d’Investissement Agricole et de Sécurité Alimentaire (PNIASA) et du Programme National d’Investissement Agricole, de Sécurité Alimentaire et Nutritionnel (PNIASAN);

ü  l’amélioration de l’accès des femmes rurales aux microcrédits par le biais du Fonds national de la finance inclusive (FNFI) avec ses différents produits ;

ü  le Projet d’autonomisation économique des femmes rurales du Togo (PAFeRT) ;

ü   La mise en place des Zone d’aménagement agricole planifiée avec une priorité aux femmes

ü  le Programme de renforcement de capacités en leadership et gestion des microentreprises.

ü  la mise en place du Mécanisme incitatif de financement agricole (MIFA) ;

ü  la mise en place du Projet national de promotion de l’entrepreneuriat rural (PNPER) ; 

ü  le renforcement de l’arsenal juridique pour un meilleur accès des femmes à la terre à travers le nouveau code des personnes et de la famille et le nouveau code foncier et domanial ;

ü  le projet d’appui à l’alphabétisation fonctionnelle des femmes (PAAFF) qui permet à celles-ci de réinvestir les acquis de l’alphabétisation dans leurs activités quotidiennes.

ü  Les actions de sensibilisation et d’appui à l’endroit de la population et des groupements féminins et mixtes.

Ces groupements sont appuyés en matériel de production, de transformation agricole et sont soutenus financièrement.

Ces avancées sensibles enregistrées sont le fruit de la parfaite collaboration que nous entretenons avec les partenaires techniques et financiers ainsi que les organisations de la société civile à qui nous renouvelons notre gratitude.

Quelles sont les défis ?

Les défis sont nombreux. Le taux de couverture pour les produits FNFI est encourageant (le FNFI a mis en place depuis son lancement, 14 produits au profit des populations vulnérables. Il a octroyé à la date du 31 mars 2022, près de 1,8 millions de crédit à 1.792.658 bénéficiaires pour un montant de 101,77 milliards de francs CFA. Le taux d’inclusion financière est passé de 35% en 2016 à 72% en 2019, faisant aujourd’hui du Togo, le pays à fort taux d’inclusion financière de l’UEMOA.)

Cependant certaines femmes continuent de rencontrer des difficultés d’accès aux crédits, aux opportunités d’affaire et à la gestion de leurs micro-entreprises, sans oublier la persistance des pesanteurs socio-culturelles qui constituent également un obstacle majeur à l’épanouissement harmonieux et intégral des femmes.

Quelles sont les actions au programme pour la célébration de cette année ?

Pour la célébration de cette année, le ministère compte mener les activités suivantes :

ü  Divers groupements retenus dans toutes les  régions  bénéficieront d’un appui en intrants agricoles, en plus d’une sensibilisation sur le thème  de la journée  à savoir : « l’Autonomisation économique de la femme au Togo : obstacles et défis »,

L’apothéose de la journée aura lieu le 31 juillet 2022 à Solla (préfecture de la Binah) ; à cette occasion, il y aura une sensibilisation sur le thème et une remise symbolique d’intrant également à des groupements de la région de la Kara.

Il est prévu aussi des :

ü  Emissions radio-télévisées

ü  Sensibilisation dans les différentes régions avec l’appui du niveau central 

Causeries-débats dans les villes, villages et quartiers par les responsables du ministère et les autres acteurs de développement

Quel message à l’endroit de la population et spécifiquement des femmes ? Que diriez –vous pour rassurer les femmes togolaises face à certains chocs comme la covid ou encore la vie chère ?

La femme togolaise est une femme battante, dynamique et son rôle dans nos communautés n’est plus à démontrer. Nous encourageons nos sœurs, nos mamans à demeurer comme tel et à continuer de perpétuer ces valeurs auprès de nos jeunes générations. Je rends hommages à toutes les femmes africaines, dont la bravoure se voit et se démontre si bien, tous les jours, dans les foyers, dans les marchés et autres secteurs d’activités. Honneur à vous Chères mamans !

J’invite toutes les femmes à s’informer et à saisir les opportunités que leur offre le gouvernement et ses partenaires, en vue de renforcer leur autonomisation économique.

La célébration de cette journée permettra une fois encore d’intensifier les actions de plaidoyer, de lobbying et de sensibilisation pour plus d’accès des femmes aux moyens de production notamment la terre, le crédit, la technologie et les intrants, grâce au leadership du Chef de l’Etat.

Merci également aux médias, et aux activistes sur les réseaux sociaux pour le travail remarquable qu’ils font en relayant en temps réel, les différents messages relatifs à la promotion des droits des femmes.

-          Bonne fête à toutes les femmes !

-          Vive les femmes africaines !

Vive les femmes togolaises ! Je vous remercie.

@gapola

Mail : thierryaffanoukoe@gmail.com       

Pour vos reportages, annonces et publicités, contacter le service commercial de votre site Gapola. Tél : (00228) 92 42 51 78 / 97 85 10 60.

« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire